GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: DX7

Roland D-50 /D-05

Le retour de la revanche du canard boiteux … et des années 1990

Ah le Roland D -50 , que dire dessus ? Technologiquement le successeur du Yamaha DX7 , colonne vertébrale des albums de Jean – Michel Jarre «  révolution «  et «  waiting for Cousteau «  . Mais aussi des linéaires d ‘ albums de new jack et R N B entre autre .
Le début des années 90 : l ‘ ère du single au kilomètre
La ou le DX7 faisait que la synthèse FM descendait dans la rue . Le sampling , ou les règnes des Fairlight CMI III et des NED Synclavier 9600 s ‘ achevait au profit des Akai et autre E-MU . Mais la encore le sampling était bien trop lent pour certain producteurs .

D ‘ ou le règne sur la synthèse , du Roland D – 50 , de ça descendance ( bon marché et de plus en plus sommaire ) et du Korg M1 et de sa progéniture . Toute la musique commercial , dance pour l ‘ essentiel à étez faite bon gré , mal gré avec ou ci ce n ‘ est pas lui le Korg M1 .

En France il à aussi marqué plein de disques : aussi bien le «  cadillac «  commis par Johnny Halliday , via le preset shakuashi que du Patrick Bruel ou Mylène Farmer , bref la fine fleur de la variétoche francophone . Pas le genre d ‘ interprètes à s ‘ embarqué des racks de S1100 dans les tournées .
Le Roland D – 50 / D – 05 dans le contexte des années 2010
Le D – 50 est ressortie très récemment dans mes magasins et le moins que l ‘ on puisse dire est que le succès ne semble pas la . Il à très vite baissé en prix et contient les cartes d ‘ extensions Roland qui avait fait le succès de la première itération .

Mais le marché de la musique à considérablement changé . Comme les musiciens d ‘ ailleurs . Au début des années 1990 , le home – studiste pouvait passé des heures à lire le manuel d ‘ instruction d ‘un instrument pour comprendre son fonctionnement , c ‘ était normal !

Mais le jeune home – studiste , qui à reussi à volé sa copie d ‘ Ableton Live , en est fière , veut faire toute de suite un son qui tabasse «  par magie …. noire «  . On oubliera donc la composition , l ‘ arrangement , le mixage … paradoxalement , cela fait les affaires de Korg , de Novation , de Roland pour leurs instruments analogiques et les analogiques virtuels . Les commandes sont en façades et le jeune Kévin , qui ce rêve le nouveau Booba ou Skrillex , n a que faire d ‘ un D – 50 / D – 05 trop compliqué pour lui …

Le D – 50 pourtant , peu désormais tranché , du fait de ses sons désormais classiques . A quand le retour de «  machine run «  , «  fantasia «  et du célébrissime «  pizzagogo «  .. dans un titre de Taylor Swift , cela donnerais un bon coup de fouet à cette machine injustement délaissé …

Publicités

Arturia Fairlight CMI V , Arturia Synclavier V et Arturia DX7 V

Le retour de la revanche de sarar et de la Porsche de la synthèse FM

J ‘ ai déjà parler des Fairlight CMI en long et large sur ce blog . Je vous renvois à mes archives pour l ‘ historique de ce sampler . Un peu moins du NED Synclavier . Il précède de peu d ‘ années , un autre synthétiseur iconique : le Yamaha DX7 . Je parlerais en détail du Synclavier et de son émulation un peu plus bas .

J ‘ avais donc parlé des CMI et Synclavier alors que j ‘ étais sous le charme des ROMplers , car c ‘est ce que sais d ‘ UVI : Darklight Iix et the beast . Mais ces ROMplers , cumules avec le temps plus de désavantages que d ‘ avantages , aussi bien au niveau des DRM , que du téléchargement ( ce sont des échantillons , pas des algorithmes et des formes d ‘ ondes , impossibilité de travaillé ses sons . Ces ROMplers ont leurs utilité , pour coloré , donné une couleur vintage à sa compo . Mais les produits UVI , hors Falcon , ne permet pas de faire un vrai travail de création synthétique .
Arturia CMI V : cette fois ci semble la bonne …
L ‘ un des grands débats dans le domaine de la musique au début des années 1980 était le duel NED vs Fairlight . Plus de trente ans après , Arturia , permet de voir des deux coté . La GUI permet de faire ce que l ‘ on veux . Même si on peut faire plein de choses sur Synclavier , j ‘ y reviendrais , le CMI V , avec son manuel ouvert pour l ‘ utilisation .

Le Fairlight CMI , en sus de ces capacité de sampling , est surtout connus dans la communauté pour sa page R qui est un séquenceur embarqué , dont nous avons une version actuel qui exploite au mieux l ‘ instrument . Contrairement a l ‘ UVI Darklight II x , nous avons de vrais moteurs de synthèse et de travaillé sur ces samples libre de droit trouvé sur le net .

Le CMI V permet de faire du layering , ce que ne pouvais pas faire l ‘ instrument d ‘ origine . Le layering est tout sauf accessoire en matière de sound design , car oui un synthétiseur est un outil créatif , pas ce qu ‘ il était avec les synthétiseurs post D 50 / M1 des romplers avec un filtre pour faire joli .

Le CMI V est bien sur parfaitement automatisable dans une DAW , imaginer Zoolook en live via le CMI V …. le filtre bougeant en temps réel .

Arturia Synclavier V : la FM selon Darthmouth Collège
Autre mythe : le Synclavier , monstre de la synthèse FM , qui pouvais échantillonné . La resynthèse est d ‘ ailleurs demandé pour une version 2 . 0 et peux être l ‘ aurons nous … Le Synclavier est à la fois de la synthèse FM de laboratoire et de la pop music .

En lisant le mode d ‘ emploi ( surtout que celui ci , comme pour les CMI V , DX7 V , Matrix 12 V sont très bon ) , j ‘ ai étez surpris d ‘ apprendre que NED n ‘ aurais pus voir le jour sans la concession de la part de Yamaha d ‘ un algorithme FM , mais le génie de NED est d ‘ avoir rajouté le time slice , le son durent plus longtemps , sans joué sur la release

Arturia à développé une GUI digne de ce nom , qui permet à l ‘ artiste de crée . Pour trouvé un travail sur Synclavier , je renvois aux première saisons d ‘ XFiles avec les nappes de Mark Snow . Le premier Synclavier permettait quatre couches sonores , la nous en sommes à huit . Pareille le synthétiseur de Cameron Jones ne modulais qu ‘ avec des sinusoïdale , la nous avons droit en sus aux carrés ,triangles et dents de scie .

Synclavier est un vrai outil de création , je le dit franchement , commencé sur un préset , le travaillé , le retravaillé , rajouté des couches , travaillé cette matière sous Ableton avec Max 4 Live et les autres filtres , vous ouvre d ‘ autre domaine sonore .

Arturia DX7 V : le tueur du Native Instrument FM8
J ‘ ai fait comme tous le monde l ‘ éloge , mérité à l ‘ époque du FM8 . Sauf qu ‘ en installant et jouant deux minutes avec le DX7 V , j ‘ ai désinstallé mon FM8 dans le quart d ‘ heure suivant . Il n ‘ y a pas de concurrence entre le Synclavier V et le DX7 V , ce sont certes des synthétiseurs FM … mais ils interprètent cette technologie de façon très différente , ils sont aussi différent qu ‘ un Moog 55 et un ARP 2600 .

Arturia à réinterprété de fond en comble le DX7 . La je renvois au mode d ‘ emploi de l ‘ instrument . Si vous voulez un DX7 hardware orthodoxe , il y a le Volca FM .

A-HA

Ce qu ‘ aurais pu devenir Depeche Mode sans Alan Wilder & Mute

Depeche Mode et A – HA sont les fistons de Bob Moog .Quand , je dit cela , je ne dit rien . J ‘ ai parlé l ‘ année dernière de Sandra , disparue corps et âme au Walhalla de la Pop . Le groupe suédois A – HA est apparut en 1983 , au moment ou le groupe de Depeche Mode , ayant pris sa forme , qui feras son succès .
Take on me : Yamaha DX7 + Fairlight CMI II
Take on me à bercé ma petite enfance , mais je l ‘ est réécouté récemment et bien que bien écrite , aussi brillante que le shout de tears for fears , cette pop song est produite au standard de l ‘ époque ( Depeche Mode préparait black célébration avec la base de ce qui sera le rock industriel dans les éclats ) .

Si je peu permettre cette comparaison , qui n ‘est pas raison . A-HA était les Beatles d ‘ avant rubber soul et DM , les rolling stones . Take on me , donc est construit sur la base d ‘ un Fairlight CMI II ( l ‘ utilisation de phonèmes ) et d ‘ un DX7 ( des présets comme la basse ) , mais la ou le groupe d ‘ Alan Wilder allais à l ‘ expérimentation , aux ambiances sombres , bref ce qui fait Depeche Mode dans les années 1980 /1990 . A -HA ne feras semble t ‘ il jamais ça …
Une disparition logique
Pour le néo modien , il y a presque une incohérence entre music for the masse et violator , c ‘ est le meme groupe , mais ils ont évolué et cela leur à permit de perduré et de grandir à la première purge du à la techno , rap et au grunge . A-HA était tellement sucré et politiquement correct que l ‘ on leur doit la chanson d ‘ ouverture d ‘ un James Bond période Timothy Dalton .

C ‘est le genre de chose , qu ‘ un chanteur ce remet rarement , je renvois à ce qu ‘ est devenue Alicia Keys , oubliée . A- HA , sous des oripeaux de pop synthétique , une décade plus tôt , cela aurais était le trio basse , batterie et guitare . A – HA était tellement peu famillié avec les synthétiseurs , qu ‘ ils ont employé le shakuashi de base du Roland D 50 , certes , instrument difficile à programmé , mais ce n ‘ était pas un PPG …

Certes , certes , je suis médisant , ils ont sortis des albums durant les années 1990 , dont je n ‘est jamais entendu parlé durant cette période . Ils marche bien , semble t ‘ il dans leur pays natal .

Sandra : le gâchis d ‘ une possible Madonna européenne …

De la responsabilité du producteur musical

Lors des mes pérégrinations archéologique sur le Yamaha DX7 , j ‘ ai redécouvert la chanteuse Sandra , qui à selon de très vague souvenirs , illustré ma petite enfance musical . Sandra était dans la moyenne haute des chanteuses «  à tubes «  de l ‘ époque , pas mal , sans plus . Attention , elle avait une voix , un charisme indéniable , c ‘ est son producteur qui n ‘ a rien compris aux changements musicaux .
Michael Cretu : Ni feue Georges Martin , encore moins Flood
Les années 1980 – 1990 ont été des décennies très riches musicalement , new wave , techno , rap , eurodance , il sortait un disque innovant par mois . Mais alors que la carrière de Sandra démarrais très bien , son producteur de l ‘ époque ne sentais pas du tout les tendances de l ‘ époque ,le cas de Michael Cretu est sans doute un cas unique dans l ‘ histoire de la musique .

Attention les jeunes , les années 1980 , le monde était techniquement plus petit , en sus de la guerre froide finissante . Madonna c ‘ était avant tout une grande intelligence avec un nez infaillible sentant le vent tendanciel . Michael Cretu est aussi «  intéressant «  techniquement parlant , même si la page wikipedia est particulièrement affirme qu ‘ il s ‘ inspire ( de mémoire ) de Peter Gabriel et Genesis . Écoutant régulièrement leurs disques , je ‘ étant pas pas vraiment le début , du début d ‘ un Michael Cretu . Non Crétu fait plutôt dans l ‘ inspiration oldfieldienne , période 80 ‘s … pas vraiment la période du créateur de tubular bells , d ‘ ailleurs , Michael Cretu à même produit un single de Mike Oldfield , que l ‘ on retrouve dans discovery , sorti en 1984 .

Plus on avance dans les années 1980 et moins Sandra est pertinente , que Cretu n ‘ est pas écouté thriller , bad , 1999 soit , n ‘ est pas écouté Joshua tree à la rigueur , black célébration , music for the mass , zoolook … powerslave , non . Mais il y le premier enigma …


Sandra , enigma … the classic
Le premier enigma est un cas unique , lui reste pertinent plus de vingt ans après . Certes la voix féminine c ‘ est Sandra , la même que maria magdalena , dans un français parfait . Le premier enigma , du fait de son approche différente , ce que l ‘ on qualifiais à la fin des années 1980 , début 1990 : le new age .

Cela se gâte avec le second enigma , ou la Cretu ayant découvert le sampler ( le Fairlight CMI II / IIx / III ne date que de 1979 … ) utilise les même samples que le premier deep forest , mais les même , certes il faut connaître ce groupe disparu médiatiquement , est ce un drame ? Les historiens musicaux en jugerons .
Pour en revenir à Sandra
Les années 1990 , ont permis aux maisons de disques de ce débarrassé de poids morts . Sandra , du fait de Crétu n ‘ a pas senti la déferlante technoide , ou plutôt avec dix ans de retard , quand tout le monde passait à la minimal , artistiquement parlant , elle passait peu à peu d ‘ égérie à rien du tout … Madonna , elle connaît une fin de carrière paisible , car elle n ‘ a eut en fin de compte aucune concurrence , Sandra aurait pu , du relevé le gant , c ‘est un gâchis sans nom .

%d blogueurs aiment cette page :