GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives de Tag: Fairlight CMI

Perfecting sound forever – Greg Milner

Une des sources littéraire de la série soundbreaking

J ‘ avais étez des plus enthousiaste lors de la lecture de «  fous de sons «  , mais j ‘ avais regretté la relative impasse sur la synthèse numérique et son environnement . Impasse en partie surmonté avec « perfecting sound forever «  .
Remettre Solid State Logic dans la marche …
Je vais être franc , j ‘ ai fais sauté plus quarante pour cent de l ‘ ouvrage , car celui ci reprend les propos «  fous de sons «  et la partie grand public de soundbreaking . Mais une cinquantaine de pages avant le début de la partie numérique , cela parle des Beatles , de multipistes et de l ‘ évolution des consoles de mixage à lampes vers la génération actuelle à transistors .

Et de son corollaire : la marque anglaise : Solid State Logic ( SSL ) . Tous les disques ou quasiment , produit entre la fin des années 1970 , jusqu ‘ à maintenant ont étez mixé sous SSL . C ‘est l ‘ une des marques – normes dans les studios dit «  professionnel » . dans les années 1980/1990 avoir une SSL 4000/8000 E/G ( modèles disparus ) étaient aussi normal que d ‘ avoir un DX7 , un D 50 ou un Akai S1000/S1100 .

Vous me direz , quelle à étez la plus valus de Solid State Logic par rapport à ces concurrents ? L ‘ intégration d ‘ outils de mixage comme le noise gate et du compresseur ( je vois renvois sur wikipedia ) à chaque tranche de la console , ce qui à l ‘ époque était révolutionnaire . Ce qui donne à l ‘ ingénieur du son une possibilité de traité le son bien plus efficacement .

Il y a un son SSL , comme il y a une sonorité Moog , Roland ou Korg . Mais en 2017 , il n’ est plus obligatoire de dépensé une fortune pour avoir cette couleur . Native Instrument , Solid State Logic et bien d ‘ autre … commercialisent , sous forme de plug in des simulateurs de noise gate , d ‘ égaliseurs et de compresseurs pour avoir la patte des SSL 4000/8000 E/G .
Le soit disant «  grand méchant numérique «
L ‘ auteur à une position étrange vis à vis du compact disc . Certes pour ma génération , les quadra , nous avons vécus , avec un certain délice , le passage de la cassette audio au CD . Mais depuis une bonne dizaine d ‘ année , il est désormais à la mode , pour etre in de s ‘ acheté du vinyle . Cela est devenu tellement courant que c ‘est une option d ‘ achat sur Amazon .

Que reproche t ‘ on en fin de compte au compact disc ? D ‘ être froid , objectif et sans distorsion audio , ce que n ‘est pas censé être le vinyle . Greg Milner et ces interlocuteurs , sont des pro analogiques …. en matière de diffusions . Mais même si ils mettent des critères «  objectifs «  sur les bien fait du vinyle et que l ‘ auteur va aux fonds des choses concernant la conception du CD , en parlant au passage du DAT ( format « grand public «  devenu par la force des choses semi – professionnel ) .
The loundness war : corollaire de la commercialisation du compact disc audio
La guerre du volume à lieu actuellement . Elle est terrible . Ce conflit sonore est du aux capacités intrinsèque du CDA : une plus grande dynamique audio , une plus grande amplitude sonore , si vous préférez . Ce que ne peux faire le vinyle , vendu comme support «  parfaitement «  romantique . Par association d ‘ idées , le grand public par ce qu ‘ il aime le son compressé lié à la radio diffusion , oblige les «  pauvres «  ingénieurs du son , à compressé la dynamique musical pour cette esthétique .
Le débat à lieu d ‘ existé car pas traité en Europe , compressé est depuis la mise sur le marché des DAW , une facilité , comme le copié collé . Mais l ‘ essayiste , comme ces interlocuteurs , ce révèle être des réactionnaires .
Du NED Synclavier au Digidesign Pro Tools : la grande histoire des DAW
J ‘ en avais parlé lors de ma critique des fous du son , le non traitement de la synthèse numérique ou à peine de la FM , des tables d ‘ ondes et du sampling . Perfecting sound forever traite de tous cela de façon biaisé . Il traite en long et en large du NED Synclavier et de ces évolutions technologiques , qui reste quatre decennies après un instrument majeur , du fait de ces capacités intrinsèque . Mais l ‘ auteur , ce fait un main plaisir de tapé sur le CMI de Fairlight , minorant ces capacités synthétiques par rapport à la tricherie , selon l, ‘ auteur et des ancien de NED du sampling , tout en ce moquant , innovation des plus importante sur cette machine : le dessin de la forme d ‘ onde via un stylet … tout en faisant l ‘ éloge de l ‘ EMUlator ; version low cost des CMI .

Des capacités de sequencage du Synclavier au première versions de Pro tools , il y a un gros pas que l ‘ auteur franchi par la bande via l ‘ Apple Macintosh et le 11 septembre 2001 . J ‘ aurais tendance à dire que le livre , vaut la depense pour la cinquantaine de pages , qui depasse ce que l ‘ on peu trouvé dispersé sur le net et wikipédia .
Un Américano – centrisme qui dessert l ‘ ouvrage
Il y a un détail non négligeable qui pollue le livre : son ethno centrisme . Hors USA point de salut . Puisque le CMI c ‘est très peu vendu au pays de Trump , il est donc négligeable . On ne citera don pas Kate Bush , Peter Gabriel , Jean Michel Jarre , art of noise avec leurs LP crée a l ‘ aide du sampler australien .

Même chose concernant Pro tools , contemporain de Steinberg Cubase audio , au debut des années 1990 . Mais puisque Cubase est d ‘ origine allemande , il n ‘ est pas cité . Le DX7 , éventreur , dépeceur des Synclavier est citée du bout des lèvres .

Bref , c ‘est un ouvrage , complémentaire au fous du son , , assez interressant d ‘ un point de vu de l ‘ histoire récente , mais qui doit etre lut après fous du sons .

Publicités

Chronology – Jean – Michel Jarre

1993 restera pour moi un très grand cru en matière musical , sortait la même année , deux albums que j ‘ écoute toujours : Chronology de Jean Michel Jarre , qui ouvrais sa seconde partie de carrière et le début de sa réputation de Richard Clayderman des synthétiseurs et song of faith and devotion , qui lui clôturait la meilleur période de Depeche Mode à ce jour avec le départ d ‘ Alan Wilder .
Temps , album concept …
Chronology est une boucle , à l ‘ époque , j ‘ avais un walkman autoreverse Dolby B , appareil antédiluvien pour la jeunesse décadente actuelle . Comme je lisais Keyboards à l ‘ époque , j ‘ étais bien évidemment de la sortie de ce LP . Le numéro de l ‘ époque , nous expliquais comment avais étez conçus cette album , l ‘ utilisation du Fairlight CMI et surtout , à l ‘ époque le debut du retour en grâce de la synthèse additive alors qu ‘ a l ‘ époque la techno commençais à arrivé aux oreilles du grand public .

A l ‘ époque , je n ‘ étais pas dut familiarisé avec le concept d ‘ album concept , alors que je passais ma vie à en écouté … c ‘est ainsi . Chronology est vraiment très particulier dans la discographie de JMJ . Ce n ‘est pas une suite direct , ni spirituel , ce n ‘est un un disque qui met en avant une technologie de façon brillante ou non ( magnetic field , zoolook , révolutions ) … Chronology est avant tout une symphonie synthétique .

Avoir raison avant tout le monde
Jean – Michel Jarre avais parfaitement compris la vague qui grossissais , faites de Roland Juno 106 ; de TB 303 d ‘ Akai S 950 voir de Roland SH 101 … la techno à profondément modifié l ‘ esthétique de la musique electronique .

Nous sommes passé de nappes plus ou moins sombre de Tangerine Dream , de Vangelis , de Klaus Schultz à des arpèges rentre dedans compressé du premier age technoide . C ‘est ce que raconte Chronology avec des scratch rap .
Mais Chronology , n ‘est certainement pas Electronica ; chronology est un roman , une biographie …
Pour conclure sur chronology , on ne peu que cité europe en concert et de son pendant disque : hong kong . J ‘ ai déjà parlé d ‘ europe en concert . Hong kong est très particulier , c ‘est la seule trace , avec la prise audiovisuel d ‘ europe en concert de digisequencer , qui est un bijou en soit .
Chronology est le point départ de la seconde partie de la carrière de Jean – Michel Jarre , qui fera du surplace un certain temps , celle ci dura jusqu ‘ à Téo & Tea .

Révolutions – Jean Michel Jarre

Le meilleur résumé des années 1980 ?

En temps que jarrophile , j ‘ ai toujours étez dubitatif sur «  Révolutions «  , projet post «  rendez vous «  , post gueule de bois si l ‘ on puis dire . D ‘ un point de vu purement technique , c ‘est l ‘ album du Roland D50 , comme le futur ( à l ‘ époque ) «  Chronology «  sera celui du K2000 .
De la décade champagne à la cellule de dégrisement
A quoi à t ‘ on tendance à résumé les années 1980 ? les tenues fluo ; la synth pop – début de la techno et la révolution conservatrice anglo saxonne ( Tatcher – Reagan ) . on oublis volontairement les Contras , l ‘ Irangate , la guerre Iran – Irak , la casse social , le crash boursier de 1987 ( qui donnera le film Wall street ) etc . Certes Peter Gabriel , Genesis , Phil Collins parlaient aussi social , mais on ne retient que la très bonne pop de l ‘ époque , pas encore les braillements de Rihanna ou la parodie à coté de la plaque de Katy Perry .

J ‘ ai beau avoir grandi durant cette époque , je ne voyais ce qui ce passait dans le monde , Twitter , n ‘ était même pas dans les cartons et WWW de la science fiction . Certes j ‘ entendais parlé de monsieur François Mitterand tous les jours , du peu que je regardais les journaux télévisé .
L ‘ air du temps
Révolutions est un album , qui ce révèle très riche , ne serais ce que la symphonie électronique en trois parties «  industrial révolution «  qui annonce les années PCM , Révolution , clôturant de fait les années Fairlight , mais n ‘ annonçant pas encore les années Akai . Ces années PCM , vont mettre à la brocante les synthétiseurs analogique de première et de seconde générations , décennie qui permettra de trouvé pour trois francs , six sous des Roland Juno 6 , des Roland Jupiter 8 , des Prophet 5 … Ce qui annoncera la platitude sonore à venir . Révolutions annonce aussi les aspirations jazz de Jean Michel Jarre .
Destination dockland
On ne peu parlé de «  révolutions «  sans parlé des deux concerts «  destinations dockland «  à Londres , légendaire avec ces déboires , ces synthétiseurs noyés , son disque retouché , bref très loin de la formidable tournée «  electronica «  vingt neuf ans plus tard

Zoolook – Jean Michel Jarre

L ‘ image de Jean Michel Jarre à énormément bougé ces deux dernières années , lui qui passais pour le Richard Clayderman du synthétiseur à une hype logique avec le duo «  Electronica «  . Le grand public la plus ou moins caricaturé entre le premier oxygène et rendez vous , en oubliant le confidentiel à dessain «  music for supermarket «  .
Zoolook et les années 1980
Zoolook sonne d ‘ une façon caricatural très 1980 . La ou par exemple , la trilogie berlinoise de Depeche Mode ( Construction time again ; some great reward et black celebration ) sont en 2016/2017 intemporel pour diverses raisons .

Je sais bien ce que le dira le jeune musicien electronique : JMJ utilisais le «  fabuleux «  Fairlight CMI IIx et l ‘ EMUlator , je le répète , Jarre , utilisait le matériel de son époque et en tirais le suc . N ‘ importe quelle personne qui utilise Ableton 9 dispose de «  redux «  , un filtre qui détruit le 24 bits /44,1 /96 actuel pour imité les filtres des sampleurs australien et américains .

A contrario un «  thriller «  de Michael Jackson , sonne plus 1990 , plus punchy que ces équivalents chez Madonna et Prince à l ‘ epoque .
Zoolook et les rappeurs
Si il y a une chose qui insupporte les rappeurs , c ‘est de reconnaître la base technologique commune entre la house | techno et le rap . Zoolook lui est des plus important pour la travail sur les phonèmes . Je rappelle que le CMI IIx ne disposait que de 240 ko de RAM et les filtres numérique du debut des années 1980 était avec le Yamaha DX7 le higt end de l ‘ époque.

Mais le rap actuel doit énormément , ne serais que l ‘ utilisation de sample , avec Kraftwerk ( qui semble avoir totalement disparu de l ‘ historiographie du rap .
Zoolook en 2017
Zoolook na pas vieilli , comme non pas bougé le premier oxygène , equinoxe et magnetic field . C ‘est un disque très en avance en 1984 et l ‘est encore en 2017 , qui à réutilisé la longue enveloppe sur la voix de «  Zoolokologie « ? . Bref , il serais sain que les apprentis poètes du ghetto , qui utilisent si facilement les Maschine de Natural Instrument reconnaissent une bonne fois la matrice de Jean Michel Jarre .

%d blogueurs aiment cette page :