GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: Kev Adams

Gaston Lagaffe

Echec annoncé

Nous avons un cinéma ringard et abrutissant . Ringard car les productions restent dans la zone de confort de leurs «  spectateurs «  , je renvois à la trilogie des Tuche . Il est abrutissant , non pas à cause des trois films d ‘ actions produit chaque année ; mais des «  comédies «  , le plus souvent avec Christian Clavier , qui mêle racisme et misogynie avec un certain bonheur . Je passerais bien volontiers à coté de la série des taxi avec un reboot cette année , il faut bien qu ‘ Europacorps éponge Valerian .
Les adaptations live de bande dessinée franco – belge , un Golgotha créatif
J ‘ ai découvert le «  trailer «  de cette merde annoncé de Gaston Lagaffe via Twitter . J ‘ ai faillit vomir mon café . Certes , comme tous le monde , enfin de ma génération j ‘ ai lut des Tintin , Astérix et autre Gaston Lagaffe . J ‘ ai toujours apprécié ce derniers pour son univers . Mais celui ci ce déroule dans les années 1970 , au mieux le début des années 1980 , quand une entreprise avait besoin d ‘ un responsable du courrier , mais comme Lagaffe est un dilettante rigolo , inventif de surcroît , le lecteur adhère .

Le problème , par rapport à un petit Nicolas et un Boule & Bill qui respectent à priori leurs époques ( je n ‘ en est vu aucun , je me souvient leurs bande annonce atroce . ) . Les producteurs , dont TF1 ont financé un film contemporain . Nous sommes en 2018 et l ‘ assistante de direction est voie de disparition . De la , je rebondit sur Alison Wheeler .

J ‘ avais , de l ‘ estime pour cette comédienne . Qui semble avoir laissé son fauteuil de chroniqueuse de la bande originale sur France Inter , elle avait un vrai sens de l ‘ écriture , héritière trash de Monsieur Poulpe ( c ‘est un compliment ) , tous comme elle est une vrai chanteuse ; ces prestations sont trouvable sur Youtube . Elle est physiquement Mademoiselle Jeanne , mais vu que le scenario est aussi développé qu ‘ un Besson et que c ‘est réalisé à la Joséphine ange gardien …

Et cela ne concerne pas que le cas de Gaston Lagaffe , mais toute les adaptations franco – belge . Ce que l ‘ on peu nommé le syndrome «  the ghost in the shell «  là je vous renvois à mes archives . Le cinéma français est tellement sclérosé , il y règne un entre sois étouffant , une fois qu ‘ un acteur à réussi à être bankable , il n ‘ est jamais remis en cause , cf Christian Clavier , cf Kev Adams enchaînant bides sur bides de façon si régulière que cela mérite un César en sois , mais que voulez vous , au USA , il serait dans l ‘ enfer du DTV ad vitam eternam …

Donc Gaston Lagaffe , personnage peu ou pas connus des millénial , même avec avec une promotion infernal qui ce prépare , je donne pas une grosse chance de réussite , mais je peu me trompé .

Publicités

Ridicule – Patrice Leconte

Le bon mot tue

Le bon mot français , la saillie humoristique , le trait piquant ce meure . L ‘ auditeur fidèle de France Inter en est avide , celui de RMC le craint . Notre cinéma est un mouton à trois pattes ; il promeut et diffuse des «  œuvres «  promut par la bande d ‘ Hanouna , mais il y a de ces films , qui banale à l ‘ époque de leur sortie ; prennent de la valeur quelque années plus tard .

Le bon mot disparais aussi , sous l ‘ effet de la standardisation de la langue . De la stérilisation devrait ton dire , nous passons d ‘ une langue imaginative à une langue véhiculaire , même plus bonne pour des formulaires .
Le bon mot tue à la Cour
Ridicule , est l ‘ opposé de Beaumarchais dont j ‘ ai déjà parlé ici , je vous renvois aux archives . Je l ‘ est déjà dit et je me répète : le cinéma français en faisait treize à la douzaine à la fin des années 1990 . comme nous subissons les machins de Kev Adams et d ‘ Omar Sy actuellement , mais comme toutes les modes , elles ce démode très vite .

Certes , passons très vite sur la réalisation , Leconte n ‘est pas un maître de ce point de vu . Si vous recherchez des sophistications à la Peter Jackson période seigneur des anneaux , oubliez , nous sommes plus proche d ‘ un Joséphine ange gardien .

Le casting est brillant , de premier ordre pour l ‘ époque . Hormis le titan Jean Rochefort , dont le cinéphile francophone sincère ne cessera de le pleuré . La prestation de monsieur Bernard Giraudeau est du même accabie , qui parmi la génération actuelle est capable de s ‘ aligné sur eux ? Qui ?

Ce film n ‘est pas rediffusable ou alors discrètement à l ‘ heure actuelle ou l ‘ on nous sort du politiquement correct , du «  vivre ensemble «  à tous les coins de rue . Ridicule est un film méchant , ou le faible et le pleutre non rien à faire dans cet univers feutré .

Ridicule met en lumière les salons , qui à permis l ‘ émergence de l ‘ encyclopédie , permis de défendre la cause des Amériques contre l ‘ Angleterre , il fut le champ de bataille des anciens contre les nouveaux pour l ‘ opera .

Ridicule est l ‘ anti Barry Lindon , la ou un parvenu , ce prend pour un noble , un noble , voulant le bien commun , ce fait ejecté à la fin car n ‘ amusant plus . Ridule est un film à voir et à revoir , certes le jeune ne comprendra pas la langue parlé , car elle n ‘ est pas sienne et cela est fort dommage .

 

%d blogueurs aiment cette page :