GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: Mad Movies

Crowdfounding : solution de dernière chance ou de facilité ?

Les vicissitudes du financement participatif

Je pensais avoir quasiment tous vus et lut concernant le financement participatif : de la websérie Z++ comme Noob , qui crame ces 700 000 € sans ajout significatif au niveau scénario | mise en scène | SFX | jeux d ‘ acteurs , au financement de la salade de pommes de terre . A la base , le financement participatif est une bonne idée : les fans finance un projet , qui du fait du non financement «  traditionnel «  permet de ce trouvé un marché , fusse t ‘ il de niche . C ‘est ainsi que le jeu «  star citizen «  à pus voir le jour . Il en va de même pour un ouvrage consacré au Commodore Amiga …
Vers le début des limites ?
Arrive t ‘ on au début de la fin du financement participatif ? C ‘est une question que l ‘ on peu ce posé . Je lisais il y a quelque temps un billet écrit par mademoiselle Angell Summers ( dont je ne peux que recommandé son blog qu ‘ il est bien ) , sur le financement groupé de films pour adulte . Je veux bien que ce type de long métrage sois une niche , qu ‘ il ce fasse piraté à tous va via des procédés que n ‘ importe quelle root et scripteur PERL connaît , mais est ce que le crowdfounding est une solution viable / fiable pour le long terme de cette industrie ? Cette niche audiovisuelle à toujours été innovante et proche de nous les geek ( le CES de Las Vegas , qui à l ‘ époque était à la fois un lieu de rencontre pour l ‘ industrie pour adulte et l ‘ industrie du jeu vidéo ( je renvois aux derniers chapitres de Microserfs , pour plus de précisions )) certes , comme toute l ‘ industrie cinématographique c ‘est gaufré sur le blue ray et le DVD HD , mais l ‘ erreur est humaine . Mais les films pour adultes doivent peux être évolué d ‘ une façon ou d’ une autre , surtout à l ‘ heure des caméra 4K au prix d ‘ un paquet de Carambars et de solution de montage gratis sous GNU/Linux ouvrant les formats pro . Sans compté le financement que l’ on peux commencé à estimé «  foutage de gueule warning «  pour Usul et Krayn , personnalités que j ‘ estime , mais qui ont un poil tendance à tiré sur la corde , certes Krayn à eut quelque pépins , dont je ne parlerais pas ici , mais on peux estimé qu ‘ il est paradoxal qu ‘ il fasse appel à ses fans après un trou de cinq mois …
Vers une mise à jour ou la mort
D ‘ un autre coté , des émissions «  vertueuses «  comme «  le professeur feuillage «  ou «  plus ou moins geek «  , du fait de leur militantisme ( dans le sens noble du terme ) , le crowdfounting peux être un palliatif mais ne pas être une solution pérenne et l ‘ option Tipi n ‘ en est pas une à mes yeux , car ces émissions ont leurs défaut de leurs qualités : connus des initiés alors que leurs sujets est à porté universel comme «  le professeur feuillage « .
Je le répète l ‘ idée du financement communautaire est une bonne idée , mais dont l ‘ idée c ‘est dispersé car entre la console Ouya ( surpaye ton compatible Android ) à l ‘ Apple Watch like en passant ton enième compatible Raspberry , ou le financement de jeu de rôle papier …
Mais à un moment il faut ce demandé si la Loi du Marché ne oit pas faire son job , encore une fois Noob , recordman européen du financement participatif à , pour ma part fait l ‘ effet de Gengis Khan , Olydri à de part sa politique de terre brûlé ( à dessein ou non) .
Crowdfounding : le futur du passé du financement ?
Bon , c ‘est bien gentil tous cela , mais quelle financement pour les émissions ou les projets hors geek verse ? La publicité ? Tous le monde utilise ADBLOCK . Une formule «  premium » ? Gameblog et le magazine Mad Movies montre tous les jours que cette solution n ‘est pas la bonne . La bonne solution serais la licence globale : une très légère augmentation de l ‘ abonnement web pour financé toute l ‘ industrie , mais voilà , les ayants droits ne sont pas d ‘ accords ….

Publicités

BITS , l ‘ hebdomadaire d ‘ ARTE , qui prend les geeks aux sérieux

De l ‘ héritage de l ‘ age d ‘ or de Mad Movies

Il est étonnant qu ‘ une ancienne institution comme Mad Movies arrive à dépassé son lectorat de base et ensuite s ‘ inscrire dans le paysage culturel français . BITS , comme le site Capture mag ( d ‘ ancien très bon critiques de Mad Movies font leur tambouille à eux et vient qui veux ) représente ce que le lecteur de longue date à connu comme «  l ‘ age d ‘or «  ou le mensuel mélangeait films de dit de genre et d ‘ action , des critiques , des interviews poussée et surtout de la réflexion sur le cinéma dit «  fantastique «  , très loin du Mad Movies – Gameblog papier actuel .
BITS , fils de «  suck my geek «
A l ‘ époque de la sortie de «  suck my geek «  , ce documentaire avait fait son petit effet dans le lanterneau et permit de mettre des tètes sur les plumes que j ‘ adorais , mais alors que Canal + alors chaîne «  prescriptrice «  ( de quoi on ce demande ) n ‘ a pas poussé son avantage et à lâché l ‘ affaire . D ‘ autre , des producteurs généreux et ayant quelque chose à dire mettrons sur pied «  + ou – geek «  d ‘ abord diffusé sur Youtube , puis deux saisons diffusé en parallèle sur le hertzien et sur le web.
C ‘est alors qu’ ARTE découvris la pierre philosophale et un filon intéressant à exploité : nous . Il est vrai qu ‘ ARTE à encore une image élitiste et détaché de la marche du monde , ce qui est on ne peux plus faux par rapport à sa cousine France 5 . ARTE prend des risques à nagé dans le grand bassin la ou la cinquième chaîne de France télévision nage dans le petit bain et encore avec une bouée . Après tout on peux pensé que le documentaire «  la revanche de geek «  à plutôt bien marché et ont pensé à raison qu ‘ il serait plus intéressant de les avoir comme public complémentaire au CSP+
Mais bon ARTE a compris que le geek ce trouvais plus sur les internets que devant son écran plat dans son salon. D ‘ ou la diffusion de BITS sur le flux généraliste de la chaîne franco – allemande avant d’ avoir sa section dédié .
Travail constant , public fidèle
Comme pas mal de fan , je trouve dommage que l ‘ émission soit si courte , mais d ‘ un autre coté , elle évite les digressions pour concentré un maximum d ‘ information . N ‘ étant pas sur le hertzien , elle n ‘ est pas non plus grand public dans le sens ou le fan de Joséphine ange gardien n ‘ ira pas jeté un coup d ‘ œil ,encore moins le fan du «  Gaea show «  ou les termes de réflexions ,de pertinences et autre mots composé de plus de deux syllabes sont une langue étrangère . Au moment de la rédaction de cette article , l ‘ épisode qui ma quand même tapé dans l ‘ œil est le formidable «  massive attack «  sur les MMORPG .
Mais ne nous voilons pas la face , si ARTE n ‘ était pas la ,BITS n ‘ aurais pas cette liberté rédactionnel , d ‘ un autre coté ,j ‘ imagine mal TF1 ou M6 essayé ce créneau , ils ont déjà toute les peine du monde à s ‘ adapté au lieu de crée …
Bref Mad Movies est mort et vive BITS et capture mag

A quand un retour au catacombes ?

Le geek ; les mass média et le trop plein

Depuis maintenant , deux trois ans , le geek est gâtée : sorti en très bonne édition de TPB , réeditions de manga » culte » dans de très beau papiers , des BOF édité sans que l ‘ on ce pose la question ou offerte ; des réeditions de celle ci avec des bonus et remasterisé ( Octobre rouge , Conan le Barbare , la trilogie Matrix ) en autre … le coffret à 999 exemplaires d ‘ Akira pour son vingt cinquième anniversaire . Albator en 3D , sans compté le projet Marvel cinéma phase 2 , DC qui ce bouge le cul , Blizzard qui a tué Path of Exile en le décapitant avec les faux de Malthael de Reapers of souls .

Comme je l ‘ est dit plus haut , le geek est enfin pris au sérieux , aussi bien sur ARTE avec les documentaires sur nous , sur l ‘ historicité des comics books , BITS cette pastille faite amoureusement par des anciens de ma période préféré de Mad Movies , que Plus ou moins geek , hebdomadaire dont la saison 1 qui était pas mal , la saison 2 moyenne et l ‘ actuelle saison 3 est des plus recommandable avec un casting revalorisé avec mademoiselle Carole Quintaine , geek en acier trempé et en Adamantium , qui est tout sauf une cagole . Mais ou est donc passé le rare , le précieux ? Je regrette franchement la période ou Spawn était quasiment vendu à l ‘ arrache en kiosque , Mad Movies paraissant tous les deux mois … ou je ne connaissait pas ce quasi fanzine , devenu bible de la bande dessiné américaine : Comic box .
1990:le dark age , famélique , rare , précieux … entre nous …
Pourquoi cette nostalgie du rien ? Sans doute aussi les trois très bonnes émissions sur le Macintosh de la part ORLM .Dans les années 90 , au début de la fin de la VHS , nous devions nous contenté de pas grand choses , je ne parle pas du web actuel ou on trouve de quoi ce contenté en dix minutes . Ont m ‘ aurais dit , au moment de la sortie d ‘ Abyss , que vingt plus tard , j ‘ aurais l «  intégralité de la BOF , avec livret critique je l ‘ aurais traité de fou …
Les blockbusters ne sortait pas non plus toute les semaines , je ,ne pouvais qu ‘ aimé le «  Judge Dredd «  de Stallone , puisque lire ce comics en version française était impossible par les voies communes , alors que tout à chacun peux lire les anthologies . En parlant de comics , je renvois à la vision de l ‘ époque sur Marvel dans «  Delphine 1 – Yvan 0 «  avec le Captain América 70 ‘s , et de mémoire «  Dardevil qui n ‘ a pas de petite amie «  …j ‘ imagine le redacteur de Comic box hurlé au fin fond de la salle ….
Mais surtout , le geek était isolé , lisais des revues qui n ‘ était que pour lui , car il se reconnaissait qu ‘ entre ces pages : Joystick , Mad Movies , Comics box , Stan Lee , Jack Kirby , Frank Miller connus que ceux qui avaient étez initié . Certes le «  grand public «  croyais connaître les icônes comme Batman ou les «  aventures de Superman «  , il est vrai que DC n ‘ était pas édité dans nos contré ou alors très mal ( the dark knight returns chez Delcourt … les cases agrandies …) .

2000 – 2014 : la grande bouffe geek
Puis avec le web , c ‘est ouvert le geekverse ; la possibilité de commandé en VO la quasi continuité de DC , Marvel … le cinéma asiatique sortait enfin de son ghétto aidé par les frères Watchowski et la trilogie Matrix . Chuck , ou le geek commençais a devenir respectable , The big bang théory … certes il y eut NERDZ , pour les gens au courant , mais dès plus sincères . La trilogie Iron Man , qui malgré les grincheux ( le 2 n ‘ est pas génial ) arrive a faire digéré à tata Micheline les concepts d ‘ Extremis , l ‘ AIM ( qui à changé de signification entre les deux univers ) , elle a aussi droit à un Thor post Straczynski , elle va découvrir le Marvel galactique avec «  guardians of the galaxy «  . Panini qui devient raisonnable a cause d ‘ Urban Comics et qui depuis un peux plus de deux ans raccourcis les délais de traduction pour le kiosque . Mais le grand public , même si il n ‘ est pas intéressé par «  Américan Vampire «  , une réedition complète de «  Sandman «  avec bonus et commentaire . Le geek n ‘ a plus à ce battre , mais à attendre . Mais la pop culture a t elle tout tué ? Plus d ‘ attente , plus de désir , même le syndrome zone 1 du DVD ( que j ‘ avais oublié en regardant des sketch de «  Caméra café «  de 2003 est mort avec le blue ray ou il n ‘ y a plus du tout de différence entre Z1 et Z2 . Même chose pour les bandes originale . Il semblait normal à la fin des années 1990 d ‘ avoir l ‘ intégrale de Star Wars , mais Conan était castré et la version Milan était la plus repandu , par rapport à la version Varèse quasi impossible à avoir . Il y eut un semblant de complétude lors de la période «  Matrix «  , ce qui fut faut lors de la réedition complète des trois albums , voir de la musique de ce film mineur qu ‘ est «  Superman returns «  chez lalaland records à 3000 exemplaires .
Puis vint émergé un sous genre : la bande original de série télé avec Battlestar Galactica . Ce qui nous donne de très bon disques , la même chose pour les disques Doctor Who etc etc . Bref ou est la frustration , cette chose qui faisait désiré , espéré puis décevoir … être geek est aussi être forcement déçut puisque jusqu ‘ a récemment nous ne pouvions pas fasciné en salle , comme lorsque nous lisons nos mensuels , les effets spéciaux ont fait changé cela . Cela à changé avec Ultimates de Mark Millar qui à donné , en grande partie l ‘ Avengers de Whédon , le fan n ‘ en sort plus … frustré , mais ravi et c ‘est un soucis .
Régime , dilution ou mutation ?
L ‘ un des symptômes de la dégénérescence geek est Noob , pas le reste des web série comme « Visiteur du futur «  de François Descraques . Pour ma critique de ce qu ‘ est devenue Noob , je vous renvois à mes archives . Descraques est modeste , bosse beaucoup et ne buzz pas pour un rien parce qu ‘ il à aimé tel ou tel trailer ou qu ‘ il sort son «  génialissime «  ( c ‘est sous entendu ) roman réservé à 200 exemplaires … j ‘ au toujours préféré les bûcheurs que les flambeurs . Il n ‘ y a qu ‘ a voir feue le maître étalon geek : le forum Mad Movies , devenu un nid à bobo , ils sont devenu ce dont il se moquais , le digne descendant de Télérama .
Le geek est pragmatique de nature , si il y a la gangrène , il utilise la tronçonneuse de Ash . Il ne s ‘ agit de revenir à un quelconque «  underground «  aux valeur forcément romantique car désormais inatteignable , ni meme une selection forcé . car en fait à mon grand étonnement , un nouveau Darwinisme à lieu . Un geek jouera à Reapers of Soul ; le grand public à World of Warcraft . Monsieur tous le monde lira les recueil Spiderman chez Panini ; le geek lira Northlander . Tata Micheline achetera des figurines Hasbro ; le geek collectionnera des Kotobuyiaka : meme œuvres , mais qualités différente , car respect et amour différent

%d blogueurs aiment cette page :