GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: michael bay

I comme Icare d ‘ Henri Verneuil

Une question d ‘ autorité

«   I comme Icare «  , pour toi , jeune , ce titre ne veux rien dire , toi qui crois qu ‘ un Luc Besson ( Michael Bay moins l ‘ esthétisme ) à étez un jour un cinéaste .  I comme Icare est «  basiquement «  une variation sur l ‘ assassinat de John Fitzgerald Kennedy , j ‘ ai toujours étez fasciné  par ce long métrage , c ‘est un film de son époque , de studio , lumière quasi clinique , couleurs tranchante , scenario précis et bien sur , très grand acteurs . La conspiration en elle même a peux d ‘ importance , dans le sens ou le spectateur remonte au service secret  , via les accidents bizarre des témoins ( je spoile car le film n ‘est pas récent non plus ) ou la libération d ‘ un ponte du crime organisé , en fait hormis l’ absence d ‘ extra terrestre aurait convenu à une saison d ‘ XFiles , en fait le second plan de réflexion est la soumission de  l ‘ Individu à l ‘ autorité .
Chocs electriques
Le film comme par le Lee Harvey Oswald de service , citant le rapport Warren aux mots près , immeuble , le tireur se trouvant au second étage de celui ci  , une carabine à lunette , trois douilles. Le tireur après son non forfait (la carabine est vide , mais comme il la bien manipulé celle ci ..) et celui ci est finalement abattu par un tueur mystérieux maquillé en suicide . Le procureur , incarné par Yves Montand , au meilleur de sa forme , remonte la vie du tueur présidentiel que tout accuse jusqu ‘ a sa participation  à une experience sur l ‘ autorité ( experience de Milgram ) et on démontre par A + B qu ‘ un individu , fait ce que l ‘ on lui ordonne , tant que les voix de commandement son unanime  dès qu ‘ il y a divergence , l ‘ individualité reprend ces droits , par corollaire , l ‘ individu n ‘est plus responsable car il ne fait qu ‘ obéir à une volonté supérieur car légitime à ces yeux .
Dix dernières minutes
La ou le scenario est bien pensé est qu ‘ entre la recherche des témoins ( tous éliminé sauf un , retrouvé et mis à l ‘ abris ) , les tueurs , supposé de la Mafia , éliminé  et le donneur d ‘ ordre ,  les services secrets , qui conspire à l ‘ élimination du président Jarry , car celui ci voulais restreindre les activité des espions , le procureur remonte le fil d ‘ Ariane grâce a une cassette audio ( le fin du fin de la technologie dans les années 1960 ) qui parlent d ‘ une élimination au sens politique du terme d ‘ un dirigeant d ‘ un pays qui déplaisait ( nous sommes après les coups d ‘ états au Brésil , au Chili en Grèce  à l ‘ époque ) décidé par l ‘ organisation «  Minos «  qui décide donne l ‘ ordre de l ‘ opération  « I comme Icare «

Que je vous laisse découvrir .

Publicités

Bad Boys2 de Michael Bay

En cette époque de vulgarité crasse et bling – bling , un film déjà vieux de cinq ans reste vaille qui vaille un film d ‘ action très violent avec des morceaux pas cuit d ‘ humour noir dedans . Un des film avec entre autre avec‘’ Point break ‘’ qui a servit pour ‘’Hot fuzz ‘’ : Bad boys 2

Quand une suite est meilleur que l ‘ original

J ‘ ai découvert le premier Bad boys en salle , j ‘ ai des excuses , j ‘ était dans ma période Bruckheimer ( c ‘est comme l ‘ adolescence , normalement sa passe avec une bonne dose de réalisme et de cynisme , en cachets deux fois par jours durant un mois ) . Bon film d ‘ action sans plus . Puis j ‘ apprend qu ‘ une suite se tourne , je lis les rares prewiew sur Mad Movies , puis en novembre 2003 lut la très bonne critique de monsieur Moïssakis et est allez le voir .

Michael Bay une oeuvre a l ‘ égal du réalisme italien ?

Des poursuites en voitures , une villa qui explose ; des cadavres qui volent ; des vannes très connes en gros voila ce qui apparait pour le profane de Bad boys 2 . L ‘ un des seuls metteur en scène avec les grands James Cameron et John McTiernan a non seulement cadré correctement des explosions mais aussi mettre de l ‘ émotion quand les héros neutralise a l ‘ arme automatique des méchants sans rechargé . Bay est l ‘ égal d ‘ un Visconti ou Antonioni comme eux ses films exprime sa psyché la plus profonde . Bay fait du cinéma de retenue , pas comme l ‘ actuelle décadence Française ou l ‘ ont vois des millions d ‘ euros de décors pour moins d ‘ une minute dans le film . Michael Bay film a l ‘ économie ; c ‘est de la contemplation , ne compte que les sentiments du spectateur a l ‘ arrivé . Le dialogue a toujours un sens profond .

En plus de faire des films intimistes et exposant la dialectique de Freud comme les Bad Boys ; Armagueddon , Transformers ; The island et The Rock . Il a réalisé une fresque sentimentalo – tragique avec ‘’ Pearl Harbor ‘’ qui reste son film grand public et comme cela va de soit le moins compris . Cela est tout a fais normale avec le manque de sens de notre cinéma qui devrait faire moins d ‘ oeuvre racoleuse et plus dans auteurisante , pourquoi cette profusion de couleurs et de son multicanal la ou Bay film en noir et blanc en plan séquence avec des graduelles de moines cisterciens en fond sonores . Mais revenons en a son oeuvre central , sa Passion , son chef d ‘ oeuvre : bad boys 2

Bad boys 2

Le film commence de nuit , pour exprimé la noirceur de ce monde ? Puis du feu ; puis la Mort commence son office qui ne cesseras qu ‘ a la fin du long métrage . La mort est la seule gagnante et tel Alexandre le grand ou Jules César , les héros doivent tous sacrifié pour arrivé a leur but , le méchant de l ‘histoire n ‘est il pas une victime ? Oui une malheureuse victime . des Héros car non né sur le sol des Amériques , non bad boys 2 est l ‘ oeuvre de Jean Luc Godard ou peux largement revendiqué comme tel . Pendant ce temps en France , nous ne sommes bon qu ‘ a faire de la comédie boulevardière comme ‘’ La môme ‘’ Les américains ont la chance d ‘ avoir enfanté le Lawrence Olivier du XXI ème siècle : Will Smith . Je ne serais trop vous conseillé un de ces autres films ‘’ Indépendance day ‘’ qui est un drame social se déroulant sur fond de crise économique et de dislocation d’ une famille le tout mis en scène avec le Dogme de Lars Von Trier . Je regrette que ce métrage sois un peux court ( environ douze petite heures ) car le réalisateur monsieur Emmerich n ‘ as semble t ‘ il pas fait le tour du sujet , donc il tient sur ce nouveau support pour cinéphile exigeant qu ‘ est le DVD qui offre en bonus la lecture par Will Smith de l ‘ intégralité des ‘’ Châtiments ‘’ de Victor Hugo dans un temple d ‘ obédience luthérienne .

%d blogueurs aiment cette page :