GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: NeXT

Steve Jobs – Danny Boyle

Aaron Sorkin et la pomme

Jamais , une personnalité aussi controversé comme Steve Jobs , n ‘ a eut droit à autant de biopic en aussi peux de temps . Avec des qualités diverses , Jobs étant une vision pour les fanzouzes et les «  pirates de la silicon valley «  bien trop nerd et ninety pour le grand public .
Aaron Sorkin et la pomme
Je tient pour «  the newsroom «  , comme l ‘ une des plus grandes séries qui sois . Sorkin est un scenariste , qui sais de quoi il parle . Certain peux trouvé abscon «  the social network «  , qui est une formidable histoire de vengeance , Steve Jobs est l ‘ histoire d ‘ un mec mal dans sa peau , n ‘ assume pas sa paternité et d ‘ un perfectionnisme maladif .

Sorkin et Boyle ont fait le choix de trois périodes : Macintosh , NeXT Cube et iMac , Macintosh est devenu une «  légende «  pour de mauvaises raisons , NeXT , inconnu du grand public ( à raison , qu ‘ aurais pus faire madame Michu d ‘ un UNIX pur jus à l ‘ époque ) et l ‘ iMac dans le sens de l’ histoire ( internet et USB première génération ) , ce Mac à tellement marché qu ‘ il est devenu iconique et on le voyais dans toute les sitcoms pour faire «  moderne «  .
Kate Winslet : impérial
Je ne suis pas du tout la carrière de Kate Winslet , qui fait grosso modo la même carrière que Leonardo Di Caprio . De toute façon , si elle n ‘ avais pas étez brillante , James Cameron n ‘ en aurais pas son héroïne dans Titanic . Michael Fassbender , que l ‘ on résume bien trop vite à son rôle de Magnéto dois pouvoir faire plusieurs individus en un . Je rassure tout de suite , aucun de nos acteurs / trices , filles / fils à papa sont infoutu d ‘ en faire de même . Donc ce couple à l ‘ écran , orageux , tempétueux , fonctionne très bien à l ‘ écran .
Un film rythmé
Contrairement à un Jobs , qui est un pensum sans nom . Steve Jobs est excellemment bien monté ,cela deviens rare à notre époque , pas de jump cut ! Un film à l ‘ ancienne . Encore une fois , il ne s ‘ agissais pas de faire une sorte de «  Barry Lindon «  techno .
Bref , Steve Jobs est un bon film … pour les geek quadra , qui se tenaient au courant par la bande des facéties de la société de Cupertino Mais le biopic de Steve Jobs , comme une histoire de l ‘ informatique ne seras intéressante que d ‘ ici cent à deux cents ans .

Publicités

Serial experiments Lain

Variation sur le ghost et Evangelion

Je n ‘est aucun souvenir de 1998 . Certes , n ‘ importe quelle imbécile nous ressortira la «  victoire «  en coupe du monde , mais comme c ‘ était sous l ‘ ère Blatter , cela dois être remis en question . Je devais être en attente de mon service militaire . Cela dit j ‘ étais de plus intéressé par le logiciel libre et l ‘ open source , mais n  » avais pas encore franchi le rubicon en installant ma première distribution SuSE . J ‘ avais naturellement décroché des animés et le Club Dorothée reposais en terre consacré , les anciens fans ce cachais , un culte était voué à Evangelion , alors diffusé sur Canal + , dont les VHS coûtaient une petite fortune …
Je n ‘est entendu parlé de cette animé que très récemment via le podcast «  c ‘ était mieux avant «  de Mangacast , je ne regrette pas mes 10 € .

Un chara design | animation | de son époque
Serial experiments Lain est typique de l ‘ esthétique de la fin des années 1990 . Nous sommes bien loin de Saint Seiya et autre Ghost in the shell . Mais plus proche d ‘ une esthétique cheap à la mode M6 / techno de l ‘ époque et l ‘ un des cliché de l ‘ époque : le décadrage .
Le chara design est moche , il faut vraiment s ‘ accroché , Lain n ‘ est pas particulièrement charismatique dans les trois premiers épisodes , mais cela change a partir du quatrième . L ‘ animation est plus proche de l ‘ animé de 6 heure du matin sur TF1 ; dès plus basique , que de ce que fait IG sur Ghost in the shell .
Une œuvre pillée sans vergogne
Serial experiments Lain n ‘est pas du tout connus du grand public et pas vraiment du public visé , celui de l ‘ otaku . Les questions posé dans cette série sont intéressante et sembleront «  révolutionnaire «  dans Matrix reload / révolution et surtout dans Caprica , le spin off de Battlestar Galactica . Serial experiments Lain cite aussi Akira , mais comme l ‘ on parle de deisme , cela est logique .
Paradoxalement parlant Serial experiments Lain est trop longue de trois épisodes , je ne puis que le recommandé , ce n ‘est pas encore devenu un incontournable , mais pour une fois que l ‘ on vois de l ‘ OpenStep , je ne vais pas me plaindre .

Atari Falcon 030

Quand Atari singea NeXT et mourut
Qui ce souvient du paysage informatique des années 1990 ? Le PC avant Microsoft Windows 95 jonglai entre MS DOS et Windows 3.xx qui singeai l ‘ élitiste Apple . UNIX devenait graphique . NeXT faisais son truc … Commodore et Atari dominaient le marché des loisirs , mais Intel avec ses 486 montait en puissance et Microsoft , du fait de son assise , séduisait de les entreprises de jeux vidéo , nerf de la guerre de Commodore et Atari .
Le Falcon 030 : copie chinoise de la NeXT station
Atari , n ‘ etait pas aussi «  génial «  que Commodore . Mais il voulait tué son adversaire en proposant quelque chose d ‘ inédit pour son public : une architecture 32 bit . Sachant que les i486 était des 16/32 bit et que les véritables 32 bits seront les Pentium . Atari re créa une station NeXT avec un DSP ( cela fit rire la rédaction de Joystick à l ‘ époque ) , car tout à chacun sais qu ‘ un DSP , processeur spécialisé ne sert qu ‘ à traité un énorme volume d ‘ information , comme l ‘ audio numérique ou la vidéo , ce que fait n ‘ importe quelle CPU , à la rigueur GPU , si le programme est optimisé CUDA / OpenCL . Les stations NeXT en sus du disque dur et des bus obligatoire pour la transmission des données , le Falcon était limite . Les NeXT bénéficiaient de disques magnéto optique , ancêtre du CD ROM pour le stockage , pas du tout le Falcon .
L ‘ autre promesse du Falcon 030 était le multitâche , le pain quotidien de l ‘ UNIXien d ‘ alors et du Linuxien d ‘ aujourd’ hui . Le TOS devait le géré , mais il semble que ce particularisme n ‘ est jamais étez exploité .
Un dernier mot sur la puissance brut du CPU était un peux plus de 5 Mflops ,,, le Cray 1 de 1976 performait à 150 Mflops et un iCore 7 de 2012 à 200 Mflops .

Mort dans la fosse commune technologique
Atari n ‘ a eut aucune clairvoyance , la console Jaguar , vrai – fausse 64 bit avait achevé sa crédibilité envers les joueurs , entamé par la Lynx . Le Falcon disparut officiellement en 1994

%d blogueurs aiment cette page :