GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: Phillipe Noiret

Que la fête commence … Bertrand Tavernier

Leçon de politique

Je ne parle jamais ou quasiment du cinéma français , simplement parce que je le trouve navrant . Le seul cinéaste hexagonal qui à la fois mon intérêt et mon respect est Bertrand Tavernier .
Philippe d ‘ Orléans , régent de France
La régence de Louis XV est une période historique négligé. Certes l ‘ histoire de France est très riche , mais la régence de Philippe d ‘ Orléans est négligé , aussi bien sur le grand que le petit écran .
«  Que la fête commence … «  est représentatif des films français des années 1970 , disons des propos gris . C ‘est un film faussement gaie , mais un vrai drame . La ou Tavernier réussit est dans le hors champ , et il faut être doué pour faire vivre ce style de mise en scène .
d ‘ Orléans et son ministre l ‘ abbé Dubois sont des politiques retors , surtout Dubois et sa quête pour la mitre . D ‘ Orléans lui n ‘ a qu ‘ un seul but , préservé le trône de Louis XV voir le faire fructifié .
Philippe d ‘ Orléans est présenté comme le prototype du successeur de Louis XIV de part ces mœurs. Mais le vrai , car il en faut toujours un , est l’ abbé Dubois , interprété par Jean Rochefort reve de pouvoir politique , mais pas au depend de la Couronne .
De l ‘ idiot utile
C ‘est la qu ‘ intervient le marquis de Pontallec et son rêve fumeux de République de Bretagne , dois je précisé , une république de noble . Pontallec escomptais enlevé le régent , mettre le Duc du Maine , fils légitimé de Louis XIV , renversé les alliances politiques mis en place par Dubois et mettre à Versailles Philippe V d ‘ Espagne , c ‘ est le canevas de «  Que la fête commence … «  . il va de sois , que ce complot à échoué , car une fois consommé , à destination de l ‘ élévation de Dubois , Pontallec et ces conjurés ont terminé leurs vies sans tète .
Le long métrage parle aussi de Laws et de la spéculation , qui causa un crack , mais comme dans le «  marchand de Venise «  , chacun paye son due , même un proche parent de la Couronne , voleur et circonstance aggravante , meurtrier termine sa vie sur la roue , mort infamante pour n ‘ importe qui , surtout pour un noble sans retentum .
un film actuel
Le film date de 1975 , je n ‘ ose imaginé un quelconque remake à destination de la génération Kev Adams , ou ce dernier incarnerais Dubois , Frank Dubosc , Philippe d ‘ Orléans et Gad Elmalet Pontallec , et bien sur dégagé le sous texte politique et social au profit d’ une comédie grivoise et scatologique chapeauté pat Luc Besson .
Tavernier à fais le choix inverse d ‘ un Coppola , ou il fait le choix d ‘ un certain naturel hérité de la «  nouvel vague «  , il est vrai que c ‘est un grand effort de mise en scène de tout faire que cela puisse être pris sur le vif . Je ne serais le conseillé pour celles et ceux qui ne l ‘ aurais vu .

%d blogueurs aiment cette page :