GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: Roland D50

Roland D-50 /D-05

Le retour de la revanche du canard boiteux … et des années 1990

Ah le Roland D -50 , que dire dessus ? Technologiquement le successeur du Yamaha DX7 , colonne vertébrale des albums de Jean – Michel Jarre «  révolution «  et «  waiting for Cousteau «  . Mais aussi des linéaires d ‘ albums de new jack et R N B entre autre .
Le début des années 90 : l ‘ ère du single au kilomètre
La ou le DX7 faisait que la synthèse FM descendait dans la rue . Le sampling , ou les règnes des Fairlight CMI III et des NED Synclavier 9600 s ‘ achevait au profit des Akai et autre E-MU . Mais la encore le sampling était bien trop lent pour certain producteurs .

D ‘ ou le règne sur la synthèse , du Roland D – 50 , de ça descendance ( bon marché et de plus en plus sommaire ) et du Korg M1 et de sa progéniture . Toute la musique commercial , dance pour l ‘ essentiel à étez faite bon gré , mal gré avec ou ci ce n ‘ est pas lui le Korg M1 .

En France il à aussi marqué plein de disques : aussi bien le «  cadillac «  commis par Johnny Halliday , via le preset shakuashi que du Patrick Bruel ou Mylène Farmer , bref la fine fleur de la variétoche francophone . Pas le genre d ‘ interprètes à s ‘ embarqué des racks de S1100 dans les tournées .
Le Roland D – 50 / D – 05 dans le contexte des années 2010
Le D – 50 est ressortie très récemment dans mes magasins et le moins que l ‘ on puisse dire est que le succès ne semble pas la . Il à très vite baissé en prix et contient les cartes d ‘ extensions Roland qui avait fait le succès de la première itération .

Mais le marché de la musique à considérablement changé . Comme les musiciens d ‘ ailleurs . Au début des années 1990 , le home – studiste pouvait passé des heures à lire le manuel d ‘ instruction d ‘un instrument pour comprendre son fonctionnement , c ‘ était normal !

Mais le jeune home – studiste , qui à reussi à volé sa copie d ‘ Ableton Live , en est fière , veut faire toute de suite un son qui tabasse «  par magie …. noire «  . On oubliera donc la composition , l ‘ arrangement , le mixage … paradoxalement , cela fait les affaires de Korg , de Novation , de Roland pour leurs instruments analogiques et les analogiques virtuels . Les commandes sont en façades et le jeune Kévin , qui ce rêve le nouveau Booba ou Skrillex , n a que faire d ‘ un D – 50 / D – 05 trop compliqué pour lui …

Le D – 50 pourtant , peu désormais tranché , du fait de ses sons désormais classiques . A quand le retour de «  machine run «  , «  fantasia «  et du célébrissime «  pizzagogo «  .. dans un titre de Taylor Swift , cela donnerais un bon coup de fouet à cette machine injustement délaissé …

Publicités

The millenium bell – Mike Oldfield

Quand Mike Oldfield rencontre Rondo Veneziano

Je le reconnais moi même , j ‘ ai une tendance à embellir ce que fut musicalement les années 1990 , mais alors que la Techno et autre musiques électroniques , avançais sur le monde , il y a avait aussi et surtout des trucs pas très sympathique : les girl ‘ s band , dont l ‘ avatar le plus connus est les spice girls , nous avions bien sur les pendants masculins , tous disparus depuis , des expérimentations .. expérimentales comme le concert pour la tolérance et surtout le très contestable concert de Jean Michel Jarre en 1998 sous la tour Eiffel , mais , qui essuiera les plâtres pour la tournée Electronica , dont je ne pense que du bien .
Mike Oldfield et les années 90
Mike Oldfield est avant tout un rockeur progressif , tubullar bells à eut le même accueil étrange qu’ oxygène en France . Pourtant ce sont désormais des standards . Oldfield à passé son temps dans les années 1970 à expérimenté et à sortir de grand disque comme QE2 ou platinum . Mais la décennie suivante est mitigé , ne serais que l ‘ utilisation mal appréhendé du Fairlight CMI Iix , Oldfied , par rapport à une Kate Bush , Peter Gabriel ou JMJ n ‘ a pas «  senti «  la bécane , aucune affinité , je renvois au moyen – pas terrible discovery .

Puis grâce à la génération M1 | D50 , il nous pond «  music from balcony «  . Puis nous arrivons à la décennie 1990 . Nous commençons par Tubular bells II et son live à la note près au château d ‘ Edimbourg , c ‘est LE disque que je recommanderais pour commencé à écouté Mike Oldfield . Puis vint l ‘ album concept song of the distant earth , tiré du roman d ‘ Arthur C. Clark , la légende veuille qu ‘ Oldfield utilise un NED Synclavier , on enchaîne sur Tubullar bells III , dans l ‘ air de l ‘ époque , sympathique sans plus il enchaîna sur un disque de reprise de thèmes celtique qui ce termine par un instrumental original : mont st Michel , qui est un standard …
The millenium bells
C ‘est dans ce contexte , avec une ambiance musical cafardeuse , les albums de trip hop , ultra de Depeche Mode , ou je renvois les clips , qui illustre très bien l ‘ ambiance poisseuse de la fin 1990 . Mike Oldfield débarque donc en 1999 avec the millenium bells .

D ‘ un point de vu musical , ce disque sonne «  plastique «  , un peu comme le révolution de Jean Michel Jarre , c ‘est un disque si curieux qu ‘ il en est attachant et quasi renié par son géniteur , il est impossible à trouvé neuf de nos jours . The millenium bells est léger , simple , une bulle d ‘ optimisme contrepoint de Portishead …

Est il un standard ? Non , ce n ‘est pas homework , il n’ a pas crée un semblant d ‘ école , même la suite logique du rock progressif avec l ‘ ambient music et the future sound of london ou le travail de Pete Namlook et Klaus Shultz : dark side of the moog . Si vous le trouvez ecouté le .

Révolutions – Jean Michel Jarre

Le meilleur résumé des années 1980 ?

En temps que jarrophile , j ‘ ai toujours étez dubitatif sur «  Révolutions «  , projet post «  rendez vous «  , post gueule de bois si l ‘ on puis dire . D ‘ un point de vu purement technique , c ‘est l ‘ album du Roland D50 , comme le futur ( à l ‘ époque ) «  Chronology «  sera celui du K2000 .
De la décade champagne à la cellule de dégrisement
A quoi à t ‘ on tendance à résumé les années 1980 ? les tenues fluo ; la synth pop – début de la techno et la révolution conservatrice anglo saxonne ( Tatcher – Reagan ) . on oublis volontairement les Contras , l ‘ Irangate , la guerre Iran – Irak , la casse social , le crash boursier de 1987 ( qui donnera le film Wall street ) etc . Certes Peter Gabriel , Genesis , Phil Collins parlaient aussi social , mais on ne retient que la très bonne pop de l ‘ époque , pas encore les braillements de Rihanna ou la parodie à coté de la plaque de Katy Perry .

J ‘ ai beau avoir grandi durant cette époque , je ne voyais ce qui ce passait dans le monde , Twitter , n ‘ était même pas dans les cartons et WWW de la science fiction . Certes j ‘ entendais parlé de monsieur François Mitterand tous les jours , du peu que je regardais les journaux télévisé .
L ‘ air du temps
Révolutions est un album , qui ce révèle très riche , ne serais ce que la symphonie électronique en trois parties «  industrial révolution «  qui annonce les années PCM , Révolution , clôturant de fait les années Fairlight , mais n ‘ annonçant pas encore les années Akai . Ces années PCM , vont mettre à la brocante les synthétiseurs analogique de première et de seconde générations , décennie qui permettra de trouvé pour trois francs , six sous des Roland Juno 6 , des Roland Jupiter 8 , des Prophet 5 … Ce qui annoncera la platitude sonore à venir . Révolutions annonce aussi les aspirations jazz de Jean Michel Jarre .
Destination dockland
On ne peu parlé de «  révolutions «  sans parlé des deux concerts «  destinations dockland «  à Londres , légendaire avec ces déboires , ces synthétiseurs noyés , son disque retouché , bref très loin de la formidable tournée «  electronica «  vingt neuf ans plus tard

%d blogueurs aiment cette page :