GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: secret origins

Magnéto – testament

Le secret origins est l ‘ une des tartes à la crème du comics book ; avec les crossovers et les reboot . Je ne reviendrais sur le cas de Superman, qui est à ce niveau caricatural ( deux secret origins en espace de quelque mois, chapeau DC) ou une canonique avec Year One sur Batman. Mais Magnéto – testament est très différent dans le fond et dans la forme.
De Eric Esenhardt à Magnéto
Le vrai nom de Magnéto est Esenhardt , Lersher est plus un «  nom de plume » qu ‘ autre chose. Le graphic novel est brut, ne nous cache aucune ignominies. La jeunesse d ‘ Esenhardt n’ a pas étez douce. Il a connut ce que l ‘ Homo Sapiens Sapiens peut faire de pire : ségrégation, isolement, ghétto, camps de la mort. Sans compté bien sur son travail en temps que sonderkommandos. Miracle du Darwinisme, il a survécut à tous cela et qu’ il veuille protégé la communauté mutante est naturel, mais introduisant les nuances, cela permet de le comprendre, pas de l ‘ excusé.
Parlons maintenant des adaptations du personnage au cinéma. Dans le premier X-Men et X-Men : first class, son introduction à étez bisounours-sé , car il y a un monde entre la déformation du portail d ‘ Aushwitz et l ‘ exécution de sa mère sous ses yeux. Le graphic novel est plus cru et direct. Ce qui excuse d ‘ autant moins le réalisateur de X-Men : first class aurais pu et aurais du etre cruel ! Prendre le spectateur à la gorge et aux couilles et ne pas desserré jusqu ‘ à la fin , mais il à hésité et donc chuté.

Publicités

Man of steel de Zack Snyder

Marvel doit l ‘ avoir mauvaise

Le film de Richard Donner  à durablement marqué les esprits concernant Superman  et a figé dans l ‘ ambre un personnage des plus «  organique «  , en à fait un Saint François d ‘ Assise , ce qu ‘ il n ‘ est point . Résultat  nous nous sommes retrouvé avec une caricature hors de propos au fil des années : je renvois à «  Lois & Clark «   qui était sur les écrans durant «  la mort de Superman «  ou «  Smallville «  durant le triptyque «  Identity Crisis « ; «  Infinite Crisis – 52 «  et «  Final Crisis « ; mais celui ci est plus ou moins représentatif de la période pré new 52 . reste le double  cas  de Bryan Singer ; sur estimé comme un Guillaume Canet . On ne va pas dire qu ‘ il à abimé Kal El , avec «  Superman returns « ; il a plus fait dans la caricature que dans la création pur et dur .
Heureusement que vint la trilogie «  Batman «  de Christopher Nolan qui mit du DCverse et mis au placard la version Burton | Elfman .

La vision de Zack Snyder
Man of steel est un film des plus logique dans la filmographie de Snyder . En lisant depuis quelque années le DC verse , j ‘ avais étez surpris que le cinéma ne s ‘ y mettent pas plus tôt , Man of steel prend en compte les évolutions de  Kal El depuis au bas mot «  Crise d ‘ Identité «  , «  Birthright «  , un peu de  «  secret origins «  , du run de Grant Morrisson dans «  Action comics «  et de «  New Krypton «  . Le  film , tire vers le gris lumineux d ‘ un point de vu caractériel . Mais parlons de Zod .
A mon grand étonnement  , Man of steel , est une suite idéologique de «  300 «  et Zod est dans la continuité de Léonidas , tout comme la société Kryptonnienne est dans la ligné de Sparte avec ces castes . Philosophiquement parlant , Zod à tout autant raison de Kal El , les deux place leurs planète , synonyme de patrie dans le long métrage au dessus du particulier . Ce qui est un discours qui ne passe pas à l ‘ heure actuel .
Mais Zod est excessif , la ou Kal El est bien plus mesuré . D ‘ un point de vu technique Snyder , sous l ‘ égide de Christopher Nolan à fait des progrès considérable entre «  Sucker Punch «  et «  Man of steel «  , moins maniéré et ayant acquis un dynamisme ébouriffant .
Les scènes de combats sont rassasiante , enfin une retranscription de ce que l ‘ on lit chaque mois en kiosque ou en trade paper back ; pour faire simple , c ‘ est le duel Néo – Smith de «  Matrix révolution «   puissance mille avec les lois de Moore . Et le duel final redéfinit ce qu ‘ est l ‘ action dans un comic book movie , «  Thor : the dark world «   est déjà enfoncé et « Iron Man 3 »  ridiculisé  , ont verra pour « Avengers 2 » ,
Henry Cavill est un Superman crédible , cela change des poseurs comme Brandon Rough , Dean Cain ou Tom Whelling . Cavill semble sorti d ‘ une planche de Jim Lee , l ‘ acteur qui interprète le général Zod est charismatique  comme doit l ‘ être un méchant digne de ce nom , je le verrais bien en némésis de James Bond celui si à une massivité toute Millerienne , ce qui est un compliment .
Parlons de Lois Lane  , faire pire que dans «  Superman returns «  dans le genre arriviste au dent longue . La c ‘ est simple c ‘ est la Lois pré «  Flashpoint «  . Les acteurs sont dans leurs roles et aucun cabotinage , celle qui joue Ursa est admirable  , badass à souhait , si un jour un film «  Wonder woman «  ce fait , elle dois posée sa candidature .

L ‘ approche d ‘ Hans Zimmer
Tous comme Donner à donné une certaine iconographie cinématographique à Superman , John Williams en à fait de même pour Kal El , pour son plus grand malheur  . Il  va de soit que lorsque  Hans Zimmer fut annoncé sur le film de Snyder ; certain vint pleur sur le fait que Williams était indépassable sur le sujet . Quel ouverture d ‘ esprit me direz vous … et en fait Zimmer est parti du même principe que pour la trilogie Batman : faire table rase du passé et le résultat est en accord avec le metteur en scène : ni trop , ni trop peu .

%d blogueurs aiment cette page :