GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: Steve Jobs

Steve Jobs – Danny Boyle

Aaron Sorkin et la pomme

Jamais , une personnalité aussi controversé comme Steve Jobs , n ‘ a eut droit à autant de biopic en aussi peux de temps . Avec des qualités diverses , Jobs étant une vision pour les fanzouzes et les «  pirates de la silicon valley «  bien trop nerd et ninety pour le grand public .
Aaron Sorkin et la pomme
Je tient pour «  the newsroom «  , comme l ‘ une des plus grandes séries qui sois . Sorkin est un scenariste , qui sais de quoi il parle . Certain peux trouvé abscon «  the social network «  , qui est une formidable histoire de vengeance , Steve Jobs est l ‘ histoire d ‘ un mec mal dans sa peau , n ‘ assume pas sa paternité et d ‘ un perfectionnisme maladif .

Sorkin et Boyle ont fait le choix de trois périodes : Macintosh , NeXT Cube et iMac , Macintosh est devenu une «  légende «  pour de mauvaises raisons , NeXT , inconnu du grand public ( à raison , qu ‘ aurais pus faire madame Michu d ‘ un UNIX pur jus à l ‘ époque ) et l ‘ iMac dans le sens de l’ histoire ( internet et USB première génération ) , ce Mac à tellement marché qu ‘ il est devenu iconique et on le voyais dans toute les sitcoms pour faire «  moderne «  .
Kate Winslet : impérial
Je ne suis pas du tout la carrière de Kate Winslet , qui fait grosso modo la même carrière que Leonardo Di Caprio . De toute façon , si elle n ‘ avais pas étez brillante , James Cameron n ‘ en aurais pas son héroïne dans Titanic . Michael Fassbender , que l ‘ on résume bien trop vite à son rôle de Magnéto dois pouvoir faire plusieurs individus en un . Je rassure tout de suite , aucun de nos acteurs / trices , filles / fils à papa sont infoutu d ‘ en faire de même . Donc ce couple à l ‘ écran , orageux , tempétueux , fonctionne très bien à l ‘ écran .
Un film rythmé
Contrairement à un Jobs , qui est un pensum sans nom . Steve Jobs est excellemment bien monté ,cela deviens rare à notre époque , pas de jump cut ! Un film à l ‘ ancienne . Encore une fois , il ne s ‘ agissais pas de faire une sorte de «  Barry Lindon «  techno .
Bref , Steve Jobs est un bon film … pour les geek quadra , qui se tenaient au courant par la bande des facéties de la société de Cupertino Mais le biopic de Steve Jobs , comme une histoire de l ‘ informatique ne seras intéressante que d ‘ ici cent à deux cents ans .

Publicités

iCloud d ‘ Apple

l ‘ arrogance, précède la chute

La semaine dernière a t ‘ on commencé à voir le début du commencement de la chute d’ Apple ? C’est froidement la question que nous pouvons nous posé. Normalement quand une entreprise dite de «  haute technologie «  ce fait fracturé , elle le signale à sa clientèle, s ‘ excuse, colmate les fuites et dédommage, si nécessaire ces habitués . Steam, Blizzard et Sony ont préservé leur réputations voir même amélioré leurs image. Mais il semble que cela soit trop demandé à la suffisante Apple .
Force brute , longueur de clés et c ‘est de la faute des clients …
Pour les deux du fond qui dorment ou plus basiquement pour le chroniqueur de Canal +, l ‘ attaque de force brut est aussi subtil en informatique que l ‘ attaque d’ une banque avec une voiture bélier .Je l ‘est dit et le répète , un iCore 7 , avec suffisamment de RAM et un énorme dictionnaire de mot de passe peux faire pas mal de dégâts , les outils sont disponible très facilement sur Internet , mais la n ‘ est pas la question , il est de la faute d ‘ Apple de ne pas avoir fait plusieurs choses qui «  va de soit » en sécurité informatique :
allongé la longueur des mots de passes
instauré lors de la mise en place d ‘ iCloud la vérification en deux temps ( c ‘ était nouveau , donc la clientèle l ‘ aurais fait sans ce plaindre et aurais même trouvé ça cool )
amélioré le salage et changé les algorithmes de cryptographie aussi bien du coté client que du coté serveur ( l ‘ A4 + IOS 7.1est censé pouvoir faire ça pour un ARM 64 bits en tache de fond, non ? )
et surtout si un élément clochais , verrouillé le tout et prévenir via mail et adresse de secours les personnes concernés , mais bizarrement ces éléments sont trop complexes pour les concepteurs d ‘ iPhone 6 ; qui ose vendre des téléphones à 1000€ , mais qui non pas les compétences de base en matière de sécurités. Mais le plus fort est le comportement d ‘ Apple envers les personnalités qui ce sont fait hackés , elles ce sont fait insulté par Cupertino ni plus ni moins , imaginé alors la firme de Cupertino envers le pékin moyen…
On accuse pas sa clientèle de négligence lorsque le fournisseur de technique ne sait pas ce qu ‘ il fait ou trouve la notion même de « sécurité » accessoire , c ‘est à Apple de s ‘ assuré que tous est conforme , pas à sa clientèle qui délègue de fait des responsabilités et sa tranquillité d’ esprit , un acheteur potentiel , à fortiori et tous le respect que je lui doit, je ne demande pas à mademoiselle Jennifer Lawrence un doctorat de mathématique, mais la firme de Cupertino demande à sa clientèle cela …elle ne doit pas palier les conneries de conceptions et les négligences des ingénieurs qui roulent des mécaniques lors des WWDC
Conséquences à long terme
Apple avait jusqu ‘ alors une image «  cool » à Hollywood et faisait du placement produits . Ont peu pensé que cette image à changé à Los Angeles et que la scène à l ‘ Apple store dans «  Captain América 2 «  soit un souvenir désormais ; ne serais ce que par le lobbying de la guild des acteurs , qui va faire le forcing pour sortir la firme de Steve Jobs des écrans et donc la rendre ringarde, cela vaudrais toutes les class actions….
Mais l ‘ image de marque d ‘ Apple, du fait des gens agressés via l ‘ iCloud à pris une baffe auprès de son plus large public, mais Apple ne s ‘ en est pas encore rendu compte du haut de sa tour d ‘ ivoire et en trois jours, tous les efforts fourni par Steve Jobs depuis la fin des années 1990 ont étez liquidé par son successeur qui à autant de psychologie qu ‘ un énarque. La dernière des conséquences est l ‘ image de marque du cloud, qui d ‘ une absence de symbole à désormais une image négative, cela embarque Google et Microsoft et son Windows 9 avec la prise de conscience du vulgum pécum sur la maîtrise de ces données et de la sécurité , cela me provoquais des boutons quand cela s ‘ appelais «  grid computing «  , la j ‘ ai une nausée carabiné .
On va aussi espéré que l « ‘ on arrêté aussi la migration de ce qui est vraiment confidentiel et que le HPC revienne au sein des centre de calcul , auquel il n ‘ aurais jamais du partir.

Apple Computer – Cray Inc

deux destins , des lègues universaux .

Je me faisait la reflexion ce matin en buvant mon café , comment ce la ce fait que personne n ‘ est fait de parallèle entre Apple Computer qui imposa la machine personnel pour le très grand public et Cray Inc , qui est devenue une légende avec des technologies d ‘ avant garde et une esthétique toute particulière .

Steve Jobs et Seymour Cray : des geeks très différents , mais semblable
Je ne reviendrais sur Steve Jobs , maintenant meme le dernier paysan au Pakistan , le connaît . Pour Seymour Cray , c ‘ est autre chose . Il à travaillé pour l ‘ ERA , qui servait à la Navy à la fabrications de machine casseuse de messages secret . Il à crée les concepts du RISC ( le débat CISC vs RISC fut récurrent dans la presse spécialisé dans les années 1990) , dont les premiers CPU furent fabriqué par IBM . Après ERA , il co fonda CDC et aida les mainframes à passé de l ‘ age de la lampe à celui du transistor . Il travailla ci bien qu ‘ il architectura le CDC 6600 qui en 1963 allais à la vitesse phénoménal de 9 MFlops , ce qui pour l ‘ époque était très rapide . Mais Seymour Cray en avait ras le bol de la «  bureaucratie «  qui ce développais et Cray , connus comme le Chopin de cette nouvelle chose qu ‘ était le calcul haute performance CDC ralentissais et était moins à l ‘ écoute de ces clients . Le CDC 7600 démarrait à 40 MFlops . Cray décida de fondé Cray Inc .
Apple II – Macintosh 128 k = Cray I – Cray II pas si différentes
Les machines ci dessous ont marqué leurs époques , au même moments , mais rarement pour les même publics . La ou l ‘ Apple II était une version déverminé ; carrossé et musclé de l ‘ Apple I . Le Cray I lui n ‘ a étez crée que pour faire le travail le plus rapidement possible , le premier modèle à étez livré à Los Alamos , ce qui qualifia ce supercalculateur dans l ‘ excellence automatiquement . Il en fis un best seller avec cent soixante dix exemplaires dans le le monde . Le Cray II est autre chose .
Objectivement qu ‘ a apporté le Macintosh ? La mise à disposition des travaux de Douglas Engelbart : le bureau , le pointeur … de façon , via ces abstractions de permettre «  aux communs des mortels «  ( en 2013 -1014 c ‘est très relatif ) . Je rappel qu ‘ a la même époque , la ligne de commande était la règle .
Le Cray II fut lui aussi une vrai révolution déjà en performance brut : 1.9 Gigaflops en 1986 . Le cœur du système plongé dans du fluorinet , le système des CPU était immergé et bouillonnais lors du fonctionnement . Il reposait aussi sur le SMP . A quoi à donc servit une telle architecture ? Les traditionnel cryptanalyse crash test , étude de fluide … les acheteurs ? La NSA à as eut , la NASA itou , l ‘ US NAVY

La revanche d ‘ un solitaire – Ben Mezrich

J’ ai lut «  La revanche d ‘ un solitaire «  après le visionnage de «  the social network «  de David Fincher et il y a un problème : comment le réalisateur de Se7en à pus tiré quelque chose du récit de Ben Mezrich ? Que l ‘ on tire un film du récit de Walter Isaacson sur Steve Jobs , ne me pose aucun soucis , puisque c ‘est relut , argumenté , la trame est solide ,

Patriciens vs Geek
Il est bizarre que l, ‘ Homme n ‘est aucune mémoire , surtout sur les «  inventions «  et pourtant il y a encore des individus , qui du fait du travail de leur géniteurs , du fait de leur patronymes , jadis glorieux , croit que lorsqu ‘ ils ont un bon concept , mais pas le talent pour en réalisé la moindre esquisse , ils croit ce reposé sur les épaules de ce qui savent , puis les rejeté puisqu ‘ ils ne sont pas de «  leur monde «  décadent , aussi étonnant que cela puisse paraitre , je ne parle pas de l ‘ état d ‘ esprit des filles et fils de .. qui pollue la Société ,
C ‘ est ainsi que ce voie les Winklevoss ; incapable de pondre la moindre ligne de PHP et reporte leur propre incapacité technique la faute de Zuckerberg ,,, ces crétins auraient du déposé ,,,un brevet qu ‘ ils pleurnichent de tribunaux en tribunaux , Zuckerberg à la loi pour lui , puisqu ‘ il à enfanté , mis en ligne et debugué le concept des Winklevoss , qui semblent t ‘ ils ce croient encore en 1890 sauf que depuis les geeks ont immergé et nous faisons comme d ‘ habitude , nous secouons les idées.
Xerox Parc : le retour
Tous geek normalement constitué connait un temps soit peu l ‘ histoire de l ‘ Informatique : de Lady Ada à l ‘ histoire de Seymour Cray , en passant par le casse du Xerox Parc par Steve Jobs avec son équipe macintosh et pour la fin du rapt par Bill Gates sur la tribu mac ,,, c ‘est la meme chose pour Facebook ; mais l ‘ établissement des Winklevoss et leurs frères de lait d ‘ Harvard et consort ce voile la face en pensant que le train de l ‘ histoire repasse les plats . Il y a le même états d ‘ esprit chez nos sois disant «  élites «  qui du fait de leurs environnements douillet de Neuilly ou du triangle d ‘ or , tous leurs est du ,,, c ‘est très con , il n ‘ a pas plus motivé qu ‘ un geek , raillé durant sa scolarité pour ces gouts non conforme , mais bon , si ont devaient encore vivre au 19 eme siècle cela se serait ,

%d blogueurs aiment cette page :