GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: techno

Sous le donjon de Manu le malin

Passé à coté relève du pénale pour l ‘ amoureux de musique électronique

Ont à très souvent tendance à résumé la musique électronique française à quelques patronymes : Jarre , Daft Punk , Gessafelstein , De Crécy ,Garnier , Cassius … Guétta mais on oublie systématiquement , le grand maître de l ‘ obscur , du malaise , de la puissance : monsieur Manu le Malin .
Techno hardcore … âme à vif : Manu le malin
Les personnes blessées ont toujours donné des artistes intéressant . Quelqu ‘ un qui n ‘ a jamais étez abîmé par la vie , les événements , est à mes yeux inutile , un déchet humain , même pas digne d ‘ une incinération , car n ‘ a rien à raconté , à transmettre . Manu le malin , du fait de son vécu personnel est un sage , un maître , un seigneur .

Contrairement à ce que crois l ‘ amateur de David Guetta , de Skrillex et autre sonorisateur de kermesse de village perdu au fin fond du sud de la notre pays . La techno hardcore est tout sauf facile à crée . Il ne s ‘ agit pas d ‘ ouvrir Natural Instrument Maschine , de prendre un projet au hasard , de mettre un tempo à 200 et de posé dessus une ou deux nappes de Massive ou de Microbrute … nous ne sommes pas chez DJ Bobo .

Monsieur Manu le Malin rend le BPM mélodique , arrive à faire pleuré le quartz d ‘ un Korg . L ‘ Art de Manu le malin n ‘est pas pour tout le monde , il y a ceux qui ont eux un jour le cœur vaporisé de douleur et les autres .
Une réalisation parfaite
J ‘ aime les documentaires , le dernier standard de qualité pour la musique est la série «  soundbreaking «  d ‘ ARTE . Je suis un déçut du financement participatif , car combien de projets digne de ce nom à réellement étez mené à bien à cent pour cent ?

Et sur des documentaires , des films produit par le financement participatif , combien ont réussi ? À renversé la table ? Véronica Mars , Miles ahead , c ‘est tout . Le problème du financement participatif , revient à donné un char Leclerc chargé en obus et en diesel à un demeuré alcoolique au dernier degré . Donc quelle ne fut ma surprise de voir que c ‘ est la communauté Ullule qui à fait cela .

Techniquement , scenaristiquement parlant , «  sous le donjon de Manu le malin «  est exemplaire . Du plan d ‘ ouverture de drone à la qualité des intervenants , aux extraits de documents audiovisuels , le montage sans couture … aucun reproche . Bref à voir et à revoir .

Publicités

Le chant de la machine – David Blot – Mathias Cousin

Je ne sais que pensez

J ‘ ai entendu parlez de cette ouvrage , essentiel pour en parti comprendre le mouvement «  Techno «  , qui résume plus de trois décennies de musique électronique il y un ou deux ans sur France Culture . Cette ouvrage est divisé en deux parties distinct : l ‘ évolution du disco envers la house | techno , la seconde sur une certaine critique du genre avec il faut l ‘ avoué une hagiographie sur New Order , en s ‘ excusant de ne pas parlé de Depeche Mode , qui fut l ‘ un des premiers groupes à accepté de bonne grâce les remix .
Une histoire chaotique
La house remonte aux dernier feux du premier RNB et aux flammes frémissante du disco . Je n ‘est jamais aimé le disco , je suis trop jeune pour avoir connus ce mouvement , il faut le dire commercial . D ‘ ailleurs , concernant ce style musical , il n ‘ n ‘ jamais étez question d’ Art dans le sens noble du terme . C ‘est pour cela que le rock planant , sous diverses forme , à survécu de nos jours et que le disco à finit au placard , voir dans la tombe .

La house née en même temps que le RAP , utilisant les même technologies , mais de façon très différente . De la house de Chicago est enfanté la techno de Detroit qui elle meme généra la trance , l ‘ acid hardcore , le hardcore « pur et dur «  , le trip hop , l ‘ ambiant fille des travaux de Klaus Schulze , des premiers Jean Michel Jarre , Tangerine dream , Brain Eno etc en cela , la première partie de l ‘ ouvrage le raconte fort bien .
Une seconde partie … de trop
Autant la première partie est historiquement exemplaire , la seconde ne ce justifie absolument pas , car dévoué à New Order , sans compté une critique , mal venue de la house , car selon l ‘ auteur , via ces personnages , lance certes des critiques , mais sans chute hormis le fait que cela soit devenu «  commercial «  et que cela soit de fait , un style musical «  retro futuriste «  .

Je n ‘est rien contre la Critique , bien au contraire , mais la house | techno sont encore vivant ! Le jazz c ‘est muséifié et le rock , c ‘ est le rock , un genre zombie ,seul le métal évolue encore .
Un ouvrage à possédé malgré tout
Le chant des machines , de façon seul à un intérêt dès plus limité . Mais en complément d’ Electrochoc , l ‘ intégral 1987­2013 de Laurent Garnier , il apporte une vision intéressante de la house | techno .

Dance machine ou quand M6 régnais sur les adolescents

Rave Vs Zenith

Encore une fois je remercie Youtube , lors de mes pérégrinations numérique , il me semble que je recherchais une conférence sur la micro architecture , je tombe par rebond sur un RIP de l ‘ émission de M6 : «  Dance machine «  émission dont n ‘ a jamais entendu la génération Kev Adams – Hanouna .
La musique dans les années 1990 : variété de genres et styles
Fun radio était la première radio pour jeunes de l ‘ époque , mais contrairement à vce que deviendra sa concurrente directe : Skyrock , un robinet à rap «  commercial «  , Fun ne resta pas coincé sur un style musical et proposa à son auditorat de l ‘ époque aussi bien du hard rock , de la pop , mais surtout de l ‘ eurodance .
Comment définir l ‘ eurodance à une peuplade nourri à coup de Maitre Grims et autre «  one direction « ? c ‘est basiquement de la disco mélangé un rythme 4/4 via une Roland TR 606/707/808/909 à du rap venant principalement d’ Allemagne , qui ce dansais dans ces lieux étrange que sont les «  boites de nuits «  , survivance des années 1960 – 1970 .
L ‘ adolescent n ‘ écoutait donc pas quatre ou cinq titres d ‘ un même genre en boucle . A la même époque ce développais hors des circuits mainstream la techno , pour plus de détail , je renvois à l ‘ ouvrage de Laurent Garnier .
Rave Vs Zenith
Les maisons de disques ayant comme d’ habitude loupé le coche créatif et sois dite en passant c ‘est pour cela que nous avons eut à subir en pénitence les «  star académy «  et assimilé . Les maisons de disques ont donc essayé de rendre domesticable , ce qui ne pouvais l ‘ etre et avec l ‘ eurodance était tout juste une version druckerisable . A l ‘ époque , pour écouté de la trance ou de la hardcore il fallait connaître les bon média et les bon disquaires , qui étaient noyé sous le mainstream , c ‘ était le but des maisons de disques , sauf que d ‘ un point artistique c ‘ est une autre histoire .
Techno win , eurodance out
Bien que les deux genres vienne du même arbre : la techno de Detroit , celui ci à survécu alors que l ‘ eurodance à périclité et pire qu tout : est entièrement assimilé à la jeunesse des géniteurs des gamins qui prennent Nabilla comme exemple moral .
La techno elle à survécut et à meme grandit à la fin des années 1990 à même réussi à imposé son iconographie jusqu ‘ au début des années 2000 .
Cela dit , je prend toujours du plaisir à écouté de l ‘ eurodance à dose homéopathique , c ‘est une de mes madeleine de Proust .

%d blogueurs aiment cette page :