GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: the hobbit

Ghost in the shell – the movie

Sa c ‘est de l’ amour …

Après avoir parlé , contre mon plein grée de cette futur cochonnerie de «  Ghost in the shell » version 2017 , qui va m ‘ être aussi vomitif que le sont : «  Lucy «  de Luc Besson «  et «  Terminator genisys «  , je vais parlé de cette excellent long métrage qu ‘ est : « Ghost in the shell – the movie «  , qui conclu la série arise et pose les questions qui alimente le manga « Ghost in the shell « ; le film de 1995 et les séries stand alone complex .
Préquel sans faute … pour les fans
Faire une préquel est plus dangereux pour la licence d’ origine , qu ‘ autre chose , nous avons vu les bêtises sur la prélogie Star Wars et le «  Hobbit «  . Je n ‘ était pas très favorable , au projet Arise , qui devait expliqué la constitution et les origines de facto de Motoko Kusanagi . Les OAV d ‘ arise sont pour moi indigeste , cela s ‘ arrange grandement avec «  Pyrophoric cult «  , bien plus convainquant et reprenant le système stand alone complex .

« Ghost in the shell – the movie «  est une vrai preuve d ‘ amour envers l ‘ équipe de Motoko Kusanagi , il y a très peu de fan service putassier ( je reviendrais à la logique de la dernière scène ) .« Ghost in the shell – the movie «  pose les bases qui permet de bien mieux comprendre le manga et les séries animés . Tous y est , comme l ‘ explication du “ le net est vaste ” ; qui nous as tous cueilli à la fin de ce chef d ‘ œuvre d ‘ Oshii en 1995 .

Ce film est techniquement parfait , j ‘ ai pris mon pied durant deux heures et cela faisait très longtemps que je n’ avais pas adoré ça . Il n ‘ y a pas de faute de goûts , les équipes ont tout fait pour être raccord , ont peux enchaîné aussi bien sur le film que sur stand alone complex , je défit quiconque de faire de même après la prélogie Star Wars ou ce truc plein de gras de «  the Hobbit «  .
Plan final – plan d ‘ ouverture
Qu ‘est ce qui iconise Motoko Kusanagi ? Son saut de l ‘ ange / exécution avec la disparition du Major avec son camouflage thermo – optique . La dernière scène de « Ghost in the shell – the movie «  paraphrase entièrement , sous un autre contexte l ‘ ouverture de 1995 , il faut y voir un cycle , à la fin de « Ghost in the shell – the movie « .

Nous passons d ‘ une Kusanagi , soldat sortie du rang , hacker géniale à une militaire gradée , sur d ‘ elle , froide comme le katana légendaire dont elle porte le patronyme .
Si Oshii le dit …
Pour conclure , il faut parlé du documentaire sur le DVD qui parle des 25 ans de « Ghost in the shell «  en le remettant dans son contexte historique . Les réalisateurs parlent de leurs passion pour l ‘ univers crée par Shirow . Mais ce qui me fait plaisir , après la tristesse du trailer de la cochonnerie qui va nous tombé dessus en 2017 , est que Mamoru Oshii , qui collabora deux fois avec Masumune Shirow dit la chose suivante : aune actrice ne peux incarnée Motoko Kusanagi , ce réalisateur , quoique on en pense à fermé le ban envers l ‘ américaine tremblotante .

Publicités

The hobbit : the battle of the five army [spoil & irony ]

Retour sur une trilogie ratée

Dire que la trilogie «  the hobbit «  est ratée est vraiment le minimum requis . La ou LOTR est épique , passionne , «  the hobbit «  est l ‘ inverse . Dans chaque épisodes de LOTR , nous avions un paroxysme , une montée orgasmique avec une grande scène de combat , les acteurs incarnais , non un personnage , mais un idéal , certes nous étions loin des vignettes animé à la Frazetta comme dans le «  Conan le barbare «  de Millius accompagné de la musique indépassable de Basil Poledouris , pierre philosophale auquel court consciemment ou non chaque films de fantasy , aussi bien la petite websérie crowfoundé tourné en clan , qui se prend pour une grande , que le prochain film Warcraft reprenant à son compte Tolkien et en le réinterprétant à son compte .

The hobbit : the battle of the five army
J’ ai donc vu cette dernière parties en HFR 3D et comment dire cela … plus jamais , par tous les démons de Diablo , plus jamais ça ! Il ma fallut trente minutes pour m ‘ habitué à cette «  technologie «  tout droit mis en œuvre par la génération Final fantasy 7 pour séparé les vieux cons de la jeunesse …
Tous le monde ce souvient du final de la «  désolation de Smaug «  ou le Dragon volait vers «  Lacville «  , je préviens , la créature «  démoniaque «  meurt au bout de dix minutes , d ‘ une flèche noir , fermé le ban … oui , oui ,l ‘ ultra méga méchant tué comme un vulgaire mob de MMORPG et ce n ‘ était que le prologue de l ‘ épisode …
On revient sur Gandalf , prisonnier , sur le point d ‘ être exécuté , mais sauvé in extremis par Galadriel , apparaissent en suite le pendant masculin de Galadriel et Sarouman qui ce battent contre les Nazguls , scène spectaculaire , vaine d ‘ un point de vu scenaristique . Puis viens le combat du disciple de Morgoth ( la salle est largué puisqu ‘ elle na pas lu le «  Simalrillon «  ) contre le trio de valeureux «  héros «  … qui mettent en déroute l ‘ esseulé Sauron ( oui trois contre un … ) , je n ‘ était plus dans l ‘ univers de Tolkien , mais plus dans celui de Blizzard
Nous pouvons dès lors entamé le vrai film puisque Jackson à recablé le Hobbit au Seigneur des anneaux de toutes les manières possibles à un point que la prélogie Star Wars à la subtilité d ‘ un épisode Noob ou pour le plus grand public d ‘ un Louis la brocante … nous avons donc Thorin Ecu de chêne qui nous fait du Shakespeare du très pauvre et comme l ‘ effet HFR donne un rendu vidéo à l ‘ ensemble , moi un amoureux du 35 et 70 mm le terme saigné des yeux est assez proche de ce que j ‘ ai ressenti … heureusement viens la fameuse «  Bataille «
Qui par rapport à celles clôturant les « deux tours » et le «  retour du roi «  est … gênante , ne serais ce le look du cousin d ‘ Ecu de chêne qui ressemble à un nain de Warhammer / World of Warcraft ( celui de la cinématique de Vanilla ) , bref ces longues scènes sont très loin de leurs équivalents dans les « deux tours » et le «  retour du roi «  ou de la sauvagerie de «  kingdom of heaven «  version director ‘ s cut , pas un poil d ‘ épique , rien du tout … le double duels final ma plus ennuyé qu ‘ autre chose , bien trop long et légèrement inutile scénaristiquement , hormis pour le final ou la perche est tellement longue que même le créateur de Noob n ‘ oserais l ‘ utilisé ( le pire est toujours certain cela dit …)
Et bien sur l ‘ ultime scène qui colle si près de «  la communauté de l ‘ anneau «  que l ‘ on sent la transpiration des Uruk kai …
Comment liquidé un début de mythe …
Jackson , il y a onze ans avait mis tous le monde d ‘ accord avec sa vision d ‘ un univers gigantesque et ce posait comme une alternative à la vision d’ un Millius sans concession , nous avons eu des lors des sous LOTR reprenant , plagiant le travail de Peter Jackson . Mais le Néo Zelandais , qui bénéficiais d ‘ un prestige , ne peu plus ‘ en prévaloir auprès des geeks , pas plus que JJ «  lensflare «  Abrams sur les prochains Star Wars . On va espéré que Peter Jackson va laissé tranquille Tolkien …

%d blogueurs aiment cette page :