GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: the wire

Babylon 5

Du désintérêt volontaire de Warner Bros

A l ‘ heure ou games of thrones montre enfin le bout de ces dragons , que les marcheurs vont enfin attaqué et que l ‘ hiver apparaît , que l ‘ on commence à parlé d ‘ un reboot de madame est servie ( au point ou en en est d’ un point de vu créatif … ) , ou l ‘ on rend hommage à Buffy the vampire slayer avec ces deux décades . Il y a une firme , qui possède en propre une saga de space opéra profonde , qui ne demande qu ‘ a revivre : Babylon 5 .
Le monde de 2017 n ‘est plus celui de 1990
Babylon 5 ce voulais une variation de l ‘ univers star trek à jamais violé par JJ Abrams , avec son lore , sa diplomatie … les saisons étaient , comme Buffy the vampire slayer auto suffisante . Je ne reviendrais pas sur tout le bien que je pense de Babylon 5 , je renvois aux archives , elles sont la pour ça .

Certes , certes , au moment ou sortais Babylon 5 , internet n ‘ existait pas et cela fonctionnais par rumeurs . Warner Bros n ‘ avais pas peur d ‘ innové après tout friends est contemporain , comme Lois & Clark ( et cela pleurniche sur les forums à propos des futurs Wonder Woman et justice league ) .
Christopher Franke
On à très souvent tendance à faire porté sur les épaules , les OST synthétiques dans les séries . Je ne reviendrais sur le fait qu ‘ à l ‘ époque , les producteurs ne voulais plus payé des orchestres symphonique ( ce qui par rebond permis à Hans Zimmer de voir sa carrière décollé ) . En ce sens , Babylon 5 était légèrement en avance .

Christopher Franke est quelqu ‘ un d ‘ essentiel . Il est un ancien légitime de Tangerine Dream ( bien plus en comparaison que Klaus Schulze ) . Il à développé une ambiance très proche musicalement du premier TD , même si il est pour l ‘ essentiel numérique , pas question de nappes évolutives , mais des séquences dynamiques , percutante , dont le chef d ‘ œuvre est le tragique et sublime z ‘ ha’ dum .

Le compositeur à étez très inspiré concernant les ombres , qui est devenu méta .
Un packaging à retravaillé …entre autre chose
Les cinq saisons sont indisponibles neuves . Mais le problème est que meme lorsque celles ci fait mal au cœur . Certes , le packaging est identique à the Soparno , mais HBO à très vite changé pour une unification à la the wire , des coffrets compactes et solides .

WB à volontairement fait dans le cheap . WB à une équivalence maison de star trek et battlestar galactica et le laisse disparaître . Warner Bros n ‘ est plus dirigé , voir la séquence de reshoot sur justice league , même dirigé par Joss Whedon , la pilule ne passe pas .

Certes , galactica à patienté un très long moment avant d ‘ etre remaké et Babylon 5 n ‘est pas du tout connus hors cercles geek .

The wire

Le héros n ‘est pas celui que l ‘ on crois

The wire est à la série policière , ce qu ‘ est «  house of cards «  à la politique , «  battlestar galactica «  au space opera et «  Buffy – Angel «  au super héroïsme : des révolutions majeurs . The wire est paraît il , si je m ‘ en tient à l ‘ émission «  pop fiction «  , sur France Inter , une série austère .. c ‘est avant tout une série adulte , pour les adultes , qui ringardise «  the Soprano «  .
L ‘ Amérique telle qu ‘ elle est …
Autant «  House of cards «   est à la limite science fictionnesque par certain moment et réel à d ‘ autre , autant «  the wire «  , n ‘est que réel avec des pointes fictionnel . Mais les deux séries ce complète . Le décor de cette saga , dans le plein sens du terme , une histoire tragique et moral avec des héros qui ce sacrifie est Baltimore .
Baltimore est pour moi , la ville ou vécu et mourut Tom Clancy . La série arrive à dépassé son statut de policier procédural , pour embrassé l ‘ éducation , la politique , certes local avec ces conséquences directe sur les administrés et le journalisme . Comment ne pas parlé des communautés , la ou en France et en Europe , la nation est la seule communauté admise .
The wire est une série très dure , au-delà de la violence graphique , mais d ‘ une humanité sans égale .
La rédemption de Bubbles
Bubbles est le seul personnage de la série qui réussit à s ‘ en sortir . Il est notre véhicule dans le ghetto . Comme dans toute série moderne , les personnages ne sont pas unidimensionnels , ils ne sont pas d ‘ un bloc comme ils le sont dans «  the Soprano «  . Durant les cinq saisons , nous en apprenons sur sa vie d ‘ avant . Bubbles est littéralement une plaie vive , jusqu ‘ à la cinquième saisons ou il revient à la vie et dans la cité durant les dix derniers épisodes .
Le clan Barksdale et les grecs
Les premiers antagonistes de la brigade spéciale est le gang de Barksdale , qui nous fais découvrir le fonctionnement d ‘ un groupe de ce type . Le chef de celui ci est arrêté à la fin de la saison une , mais nous ne l ‘ oublions pas durant la saison deux , qui est pour moi la plus intéressante , puisque avec «  les grecs «  , nous constatons la disparition de faite des syndicats , ce qui bien sur seras souligné avec la dernière saison .
Les grecs , ne sont pas des «  méchants «  , ils ne font que des affaires , produits chimiques , femmes , drogues , c ‘est du pareil au même , cela les rend presque attachant .
McNulty
Autant Bubbles nous donne les éléments introductif pour les tours , autant McNulty nous montre l ‘ aspect politique de la Police . McNulty à réussi à détruire deux mariages .
Marlo , Omar et le darwinisme social
Après la chute , prévisible du clan Barksdale , émerge celui de Marlo , qui n ‘est pas aussi «  cool «  , en étant très relatif , celui de Marlo , est sans aucune concession , mais fait beaucoup moins d ‘ erreurs que le précédent «  roi «  . Son règne repose sur la terreur et ces exécuteurs de haut œuvres Chris et Snoop , qui elle finit comme il ce doit .
La nature étant sarcastique , les scénaristes ont invoqués les mannes d ‘ Omar , qui vole les dealers , ce qui rétabli la balance morale .
L ‘ un des constats les plus terribles est la chute sans fin de l ‘ école . Je faisais récemment de la destruction de notre éducation national , quand on vois l ‘ état de l ‘ éducation américaine , parce que bon si la finalité est de bien remplir un CV en ayant aucune connaissance académique et bien sur celle ci est dévalorisé . Ce qui fait et cela ce constate de plus en plus , l ‘ illettrisme monte , certes il m ‘ arrive de faire des fautes , mais c ‘est peanut quand on subit les posts Facebook aussi bien sur Animeland ou sur le Monde , si je veux lire des posts un tant soit peux intelligible et en français je lit le Figaro , je n ‘ en peux plus des réactions infantile , de la «  pensée simpliste «  … bref pour en revenir à «  the wire «  , les petits gars du ghetto sont foutu pour Internet car incapable de ce servir d ‘ un ordinateur à fortiori du web .

House of cards

l ‘ homme est un outil pour l ‘ Homme

Pour être franc , j ‘ étais parti pour écrire un énième article élogieux sur «  the wire «  . Puis , je reçoit un peu plus tôt que prévu une petite partie de ma commande Amazon . Dans ce paquet , il y avait entre autre la saison 1 d ‘ « House of card »

La rencontre improbable entre «  the wire «  et «  Profit «
Pour ceux qui ont vu «  the wire «  , ils savent que les deux dernières saisons ce recoupent avec « House of card » , c ‘est à dire la Politique et l ‘ éducation . HoC est la parfaite continuité de ce point de vu , pas par «  noblesse «  et autre dévouement à l ‘ état , non ce sont des armes efficaces . Pour est ce que je cite «  Profit « ? parce que le «  héros «  d ‘  House of card pourrait être Jim Profit au Congrès , même cynisme et efficacité et surtout dangerosité , attention quand meme , la ou Jim Profit écrasais tout sur son passage , Francis Underwood à des amitiés , sincères et il n ‘ a pas besoin de forcé la main ( ou si peu ) pour les renvois d ‘ ascenseurs . Underwood , ne pense qu ‘ a une chose : faire mal , on lui avait promis un poste , dont il à la compétence , le spectateur en est sur et c ‘est cela aussi que c ‘est l ‘ héritière de «  Profit «  , car même si nous suivons le «  méchant «  , c ‘est en fait le moins pire de tous et la Politique , comme d ‘ autre branches de métier , c ‘est tué ou etre tué .
Profit avait aussi commencé à utilisé la Presse comme arme de destruction massive dans un épisode . Francis Underwood l’ utilise à bonne escient et dans le but de tué , pas pour blessé , mais de mettre à terre son adversaire et faire en sorte qu ‘ il n ‘ en s ‘ en relève pas . Francis est marié à Claire , femme tout aussi impitoyable , qui travaille dans l ‘ humanitaire et ce montre sans humanité quand cela s ‘ avère nécessaire , certes il y a bien des petites coucheries de part et d ‘ autre , mais cela ne gène en rien ce couple qui … s ‘ aiment .
La dernière saison de «  the wire «  montrait le début de la fin de la Presse papier par rapport au web , cela était sous entendu . House of card fait un pas de plus dans cette direction avec Zoé , journaliste au dents longue et très acéré , elle est de la race de Francis et Claire . Zoé à commencé dans une rédaction vieillissante et pétocharde ( je souligne le terme ) vis à vis du web ; des blogs etc , le redacteur en chef appelle cela une mode … qui soit dit en passant dure , pour les plus constants . Le plus surprenant est l ‘ exploitation des thématiques , deja fort bien annoncé dans «  the wire «  avec les syndicats et les chantiers navals bref , l ‘ amateur de série est tout sauf lésé .

%d blogueurs aiment cette page :