GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: USA

101 – Depeche mode

La meilleur porte d ‘ entrée pour Depeche Mode ?

J ‘ ai découvert Depeche Mode via le live 101 dont nous fêtons les trente ans cette année . 101 est un disque très important pour le groupe de Basildon . Il marque le début du triomphe au USA , marque aussi la la fin d ‘ une certaine période pop , pour basculé dans ce qui fait encore la pâte actuel .
Avant 1988 : groupe arty ou alternatif d ‘ université
Les USA ont le plus grand mal à accepté et digéré une culture exogène à la leur . Dès lors que l ‘ on sort de la country et du rock à dimension standard , il y a rejet , meme du jazz et à fortiori de la famille techno , alors que ce genre viens de Detroit , mis il est vu comme un genre européen .

La new wave et les débuts de l ‘ industriel comme quelque décennies auparavant le rock progressif n ‘ étaient pas mainstream pour Kévin , 16 ans du Kansas , mais celui ci , sortant de sa paroisse et allant à la ville , découvre qu ‘ il y a autre chose que les Etats Unis … je résume la psychologie du moment , nous sommes à une époque ou les radios locales ont encore une influence , les BBS ne sont que pour les geeks . Eurythmics est aussi dans le meme cas .
Rose Bowl stadium : d ‘ un petit stade à un lieu de culte
Depeche Mode à eut de la chance de rencontré son public au bon moment , de passé d ‘ un groupe indé à mainstream , la tournée music for the masses à connus de plus en plus de succès ( je renvois au film 101 ) .

Il fut donc décidé d ‘ achevé la tournée près de Los Angeles ; ce qui est drôle , c ‘est que cela à dut être la meilleur soirée dans ce stade pour les propriétaires , puisqu ‘ il y a un ou deux ans , il proposait une projection du film 101 .

Mais la question est : pourquoi commencé par 101 ? primo : la ferveur du public , celui ci était motivé à fond . La set list ensuite , qui résume aussi bien la période berlinoise , les débuts du groupe et bien sur le noyau avec music for the mass et le court instrumental PIMPF , qui n ‘ a pas dès lors connus de successeur avec le travail sur les samples via encore et toujours Alan Wilder .

101 , ne prépare en rien à Violator , mais en rien du tout , ce qui fait que ce dernier est au-delà du classique du genre , aussi important qu ‘ oxygène , ou le rubicon de Tangerine Dream . Bref 101 est avec tous cela le meilleur accès à DM .

Publicités

Snow Crash de Neal Stephenson

Sortie précédemment sous le titre «  Le samouraï virtuel «  au éditions Livre de poche

La science fiction a toujours su parlé de politique sous couvert de fantasy , les meilleurs exemples sont Star Trek , Babylon 5 et Battlestar Galactica 2003 , sans oublié les classiques de Philip K. Dick .

Le monde de demain

Snow Crash nous parle de ce qui risque nous arrivé , dissolution de la notion d ‘ état – nation ; atomisation de la Société … et surtout le transfert du réel sur Internet . Création de citées – état sur le modèle de la Grèce antique , dans cette  » univers  » ce trouvent deux antagonistes … un hackeur ; Hiro Protagoniste , un livreur de pizza travaillant pour la Mafia et l ‘ une des mains créateur du Métavers ( la Matrice mais de façon plus préhistorique ) et Y.T ( prononcé Whitney ) travaillant pour une société de livraison ultra rapide . Je laisse au lecteur ce qu ‘ est le Snow Crash mais rajouté a cela un texan monopolistique intime des idées de la Bible belt américaine et rajouté à cela un réseau satéllitaire , avant de mélangé rajouté un porte avion , secoué le tout et vous avez une oeuvre majeur de SF . le soucis est que je ne veux pas spoilé , donc j ‘ invite les lecteurs et nouveaux lecteurs de Snow Crash de me contacté par mail pour poursuivre cette discutions .

La patte Stéphenson

Ce qui différencie Neal Stéphenson d ‘ un William Gibson est l ‘ introduction de la science ; de l ‘ intelligence , Snow Crash parle aussi bien du langage que de la religion tous comme la trilogie  » Cryptonomicon  » est aussi une psychanalyse geek

%d blogueurs aiment cette page :