GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: VST

Synthétiseur et fétichisme : le cas du Fairlight CMI II / IIx

(débat nerdique )

En bon fan de Jean – Michel Jarre , de Depeche Mode et de Klaus Schulze , j ‘ ai très très longtemps rêvé de ce super sampler . Quand j ‘ ai pu , je me suis tourné vers la solution de première urgence d ‘ UVI avant d ‘ en partir dépité . Je poursuit toujours ma quête de *PDF sur les CMI II / IIx et III . Puis vint fin décembre 2017 la re – création des CMI II / IIx bien que montant en résolution de 16 bits par Arturia .

Il y a bien sur la fameuse page R , qui est simplement un séquenceur pas à pas qui rend de sérieux services . Le CMI V fait comme les CMI II / IIx en analysant les sons puis les traité comme forme d ‘ ondes … ce qui ouvre des perspectives de sound design immenses . Et c ‘est la le drame . Je l ‘ est annoncé il y a quelque années lors du rachat de la firme australienne par Blackmagic Design , Fairlight était mort le jour de la commercialisation des Akai S1000 .

Mais les «  vrai «  Fairlight CMI II / IIx étaient rares , cher et complexe , Arturia n ‘ a fait qu ‘enlevé la gangue 80’ s pour prendre ces logiciels et son grain si spécifique . Et cela fait hurlé les sois disant «  puristes «  . Je dit soi disant , car ils sont plus attaché à l ‘ objet , qui demande une maintenance de folie qu ‘ à ces capacités intrinsèques . Ce que fait sans soucis le CMI V et donc les privilégiés , dépensant une fortune pour un PC spécialisé alors que l ‘ on peux avoir l ‘ interface à peine rafraîchi , la bibliothèque de base sonore ( tout aussi mythique que le hardware ) et son grain reconstitué .

Et le pire que tout est son tarif , hors PC , hors DAW , qui ne coûte que … 200 € , un Fairlight CMI II / IIx vaut beaucoup , mais beaucoup plus cher en seconde voir troisième main sur Ebay , j ‘ allais oublié la consommation électrique légendaire comme sa chauffe .

Les Fairlight CMI II / IIx et III ( avec CAPS ) ont comme leurs contemporains NED Synclavier II /3200/6400/9600 , le Yamaha DX7 , le Roland D – 50 et enfin le Korg M1 ont marqué l ‘ histoire de la synthèse , existent désormais en VST . Le home – studio , la ou ce fait désormais les disques , ont ne peu plus s ‘ encombré d ‘ un hardware si âgé , alors qu ‘ une mise à jour software ne coûte rien en bande passante .

C ‘est la ou il faut dépassé la possession d ‘ une machine susceptible de tombé en panne avec des pièces devenant rare et les capacités de ces même machines .

Arturia Fairlight CMI V , Arturia Synclavier V et Arturia DX7 V

Le retour de la revanche de sarar et de la Porsche de la synthèse FM

J ‘ ai déjà parler des Fairlight CMI en long et large sur ce blog . Je vous renvois à mes archives pour l ‘ historique de ce sampler . Un peu moins du NED Synclavier . Il précède de peu d ‘ années , un autre synthétiseur iconique : le Yamaha DX7 . Je parlerais en détail du Synclavier et de son émulation un peu plus bas .

J ‘ avais donc parlé des CMI et Synclavier alors que j ‘ étais sous le charme des ROMplers , car c ‘est ce que sais d ‘ UVI : Darklight Iix et the beast . Mais ces ROMplers , cumules avec le temps plus de désavantages que d ‘ avantages , aussi bien au niveau des DRM , que du téléchargement ( ce sont des échantillons , pas des algorithmes et des formes d ‘ ondes , impossibilité de travaillé ses sons . Ces ROMplers ont leurs utilité , pour coloré , donné une couleur vintage à sa compo . Mais les produits UVI , hors Falcon , ne permet pas de faire un vrai travail de création synthétique .
Arturia CMI V : cette fois ci semble la bonne …
L ‘ un des grands débats dans le domaine de la musique au début des années 1980 était le duel NED vs Fairlight . Plus de trente ans après , Arturia , permet de voir des deux coté . La GUI permet de faire ce que l ‘ on veux . Même si on peut faire plein de choses sur Synclavier , j ‘ y reviendrais , le CMI V , avec son manuel ouvert pour l ‘ utilisation .

Le Fairlight CMI , en sus de ces capacité de sampling , est surtout connus dans la communauté pour sa page R qui est un séquenceur embarqué , dont nous avons une version actuel qui exploite au mieux l ‘ instrument . Contrairement a l ‘ UVI Darklight II x , nous avons de vrais moteurs de synthèse et de travaillé sur ces samples libre de droit trouvé sur le net .

Le CMI V permet de faire du layering , ce que ne pouvais pas faire l ‘ instrument d ‘ origine . Le layering est tout sauf accessoire en matière de sound design , car oui un synthétiseur est un outil créatif , pas ce qu ‘ il était avec les synthétiseurs post D 50 / M1 des romplers avec un filtre pour faire joli .

Le CMI V est bien sur parfaitement automatisable dans une DAW , imaginer Zoolook en live via le CMI V …. le filtre bougeant en temps réel .

Arturia Synclavier V : la FM selon Darthmouth Collège
Autre mythe : le Synclavier , monstre de la synthèse FM , qui pouvais échantillonné . La resynthèse est d ‘ ailleurs demandé pour une version 2 . 0 et peux être l ‘ aurons nous … Le Synclavier est à la fois de la synthèse FM de laboratoire et de la pop music .

En lisant le mode d ‘ emploi ( surtout que celui ci , comme pour les CMI V , DX7 V , Matrix 12 V sont très bon ) , j ‘ ai étez surpris d ‘ apprendre que NED n ‘ aurais pus voir le jour sans la concession de la part de Yamaha d ‘ un algorithme FM , mais le génie de NED est d ‘ avoir rajouté le time slice , le son durent plus longtemps , sans joué sur la release

Arturia à développé une GUI digne de ce nom , qui permet à l ‘ artiste de crée . Pour trouvé un travail sur Synclavier , je renvois aux première saisons d ‘ XFiles avec les nappes de Mark Snow . Le premier Synclavier permettait quatre couches sonores , la nous en sommes à huit . Pareille le synthétiseur de Cameron Jones ne modulais qu ‘ avec des sinusoïdale , la nous avons droit en sus aux carrés ,triangles et dents de scie .

Synclavier est un vrai outil de création , je le dit franchement , commencé sur un préset , le travaillé , le retravaillé , rajouté des couches , travaillé cette matière sous Ableton avec Max 4 Live et les autres filtres , vous ouvre d ‘ autre domaine sonore .

Arturia DX7 V : le tueur du Native Instrument FM8
J ‘ ai fait comme tous le monde l ‘ éloge , mérité à l ‘ époque du FM8 . Sauf qu ‘ en installant et jouant deux minutes avec le DX7 V , j ‘ ai désinstallé mon FM8 dans le quart d ‘ heure suivant . Il n ‘ y a pas de concurrence entre le Synclavier V et le DX7 V , ce sont certes des synthétiseurs FM … mais ils interprètent cette technologie de façon très différente , ils sont aussi différent qu ‘ un Moog 55 et un ARP 2600 .

Arturia à réinterprété de fond en comble le DX7 . La je renvois au mode d ‘ emploi de l ‘ instrument . Si vous voulez un DX7 hardware orthodoxe , il y a le Volca FM .

%d blogueurs aiment cette page :