GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen

Archives de Tag: william gibson

Johnny Mnémonic – Robert Longo

Pas si dépassé que ça ( et c ‘est le soucis )

William Gibson est l ‘ un de nos contemporains les plus oubliés par la génération Kev Adams – Hanouna . Johnny Mnémonic est à la base un personnage secondaire du roman «  Neuromancien «  , œuvre séminal du cyberpunk .
L ‘ avant Matrix
Johnny Mnémonic remonte à 1995 , c ‘est donc techniquement «  un classique «  , mais il ne l ‘ est pas du tout , puisque il n ‘ est pas devenu méta . Le principe du transporteur de données sécurisé est de façon post Snowden , certes Internet est évoqué dans le film , mais en France , à l ‘ époque Internet était abstrait .
Techniquement , le film à très mal vieilli , car Mnémonic étirant sa mémoire jusqu ‘ à 320 Go fait pouffé n ‘ importe quel utilisateurs de PS4/XBOX1 .
Un de nos futurs possible
Ce qui n ‘ était que «  du «  cyberpunk il y a plus de vingt ans , passe chaque jours pour l ‘ une de nos prochaine réalités , avec celui de «  soleil vert «  , de «  snow crash «  avec ces sinistres banlises et les franchises inhérentes , ce mêlant avec à celui de «  Ghost in the shell «  , qui serait le moins pire , mais d ‘ une façon ou d ‘une autre , l ‘ Humain va passé par un ou deux siècles sans lumière intellectuel ( par nature et mon histoire , je ne suis pas un optimiste ) , avant une bonne renaissance qui remettra l ‘ Homme en place .
Pourquoi le voir ?
Primo c ‘est l ‘ un des rare scenarii de William Gibson avec ceux , un peu mieux d ‘ X-Files . Secondo et paradoxalement il prépare «  Matrix «  dans tous les sens du terme . « Matrix « , avant de devenir un genre à part entière est l ‘ héritier de Shirow , Gibson etc . Il est devenu un représentant de la science fiction des années 1990 avec le clairvoyant «  Démolition man «  , son esthétique , tous en bois Ikéa est caractéristique de l ‘ époque avec son éclairage très «  Hollywood night «  ( les moins de trente ans ne comprendront pas et je ne vais pas expliqué ) , qui donne un rendu cheap et de mauvais clip .

Publicités

Ghost in the shell

J ‘ aurais du faire plus rapidement cette article .

culte
J ‘ ai une véritable passion pour Ghost in the shell ( GITS ) ; j ‘ ai découvert cette oeuvre de Masumune Shirow via l ‘ article dans le Mad Movie 105 de Janvier 1997   qui parlait du premier film , je lisais à l ‘ époque «  La saga Macintosh «  et du William Gibson . Le film est une adaptation de deux arcs de GITS . Le manga est irrésumable , je ne peux que le conseillé pour les fans de cyberpunk , mais  le fameux saut de l ‘ ange qui fait la signature visuelle du manga ; film ( innocence est une vaste blague pour les wannabe – geek – hipster ) et la légendaire série animé sont explicité dans l ‘ oeuvre papier .GITS est tout aussi important qu ‘ Akira ; que Dragon Ball ou Saint Seiya , c ‘est clairement de la culture populaire de base .

1995 – 2012
Le propre de la science fiction , hormis de parlé de politique de façon déguisé ( Star Trek , Babylon 5 ; Battlestar Galactica ) ne parle que de ça . Certes , nous sommes encore loin technologiquement des Fuschicoma ; de la 128 G et autre corps cybernétiques ; mais nous avons les éléments de base , comme la troisième génération d ‘ iCore d ‘ Intel avec sa gravure très avancé , le camouflage dit «  thermo – optique «  de Kusanagi existe  et les questions sur le térrorisme , qui à l ‘ époque était d’ ordre théorique ne le sont plus depuis quelque temps , dans le genre plus politique qu ‘ action , je renvois à Appleseed du même auteur , ne passez pas par la case film , c ‘est une perte de temps .

%d blogueurs aiment cette page :