GeekBill

Dignatio cognitio stultitiae tenebris lumen . licence CC-BY-NC

Archives de Tag: Solid State Logic

Perfecting sound forever – Greg Milner

Une des sources littéraire de la série soundbreaking

J ‘ avais étez des plus enthousiaste lors de la lecture de «  fous de sons «  , mais j ‘ avais regretté la relative impasse sur la synthèse numérique et son environnement . Impasse en partie surmonté avec « perfecting sound forever «  .
Remettre Solid State Logic dans la marche …
Je vais être franc , j ‘ ai fais sauté plus quarante pour cent de l ‘ ouvrage , car celui ci reprend les propos «  fous de sons «  et la partie grand public de soundbreaking . Mais une cinquantaine de pages avant le début de la partie numérique , cela parle des Beatles , de multipistes et de l ‘ évolution des consoles de mixage à lampes vers la génération actuelle à transistors .

Et de son corollaire : la marque anglaise : Solid State Logic ( SSL ) . Tous les disques ou quasiment , produit entre la fin des années 1970 , jusqu ‘ à maintenant ont étez mixé sous SSL . C ‘est l ‘ une des marques – normes dans les studios dit «  professionnel » . dans les années 1980/1990 avoir une SSL 4000/8000 E/G ( modèles disparus ) étaient aussi normal que d ‘ avoir un DX7 , un D 50 ou un Akai S1000/S1100 .

Vous me direz , quelle à étez la plus valus de Solid State Logic par rapport à ces concurrents ? L ‘ intégration d ‘ outils de mixage comme le noise gate et du compresseur ( je vois renvois sur wikipedia ) à chaque tranche de la console , ce qui à l ‘ époque était révolutionnaire . Ce qui donne à l ‘ ingénieur du son une possibilité de traité le son bien plus efficacement .

Il y a un son SSL , comme il y a une sonorité Moog , Roland ou Korg . Mais en 2017 , il n’ est plus obligatoire de dépensé une fortune pour avoir cette couleur . Native Instrument , Solid State Logic et bien d ‘ autre … commercialisent , sous forme de plug in des simulateurs de noise gate , d ‘ égaliseurs et de compresseurs pour avoir la patte des SSL 4000/8000 E/G .
Le soit disant «  grand méchant numérique «
L ‘ auteur à une position étrange vis à vis du compact disc . Certes pour ma génération , les quadra , nous avons vécus , avec un certain délice , le passage de la cassette audio au CD . Mais depuis une bonne dizaine d ‘ année , il est désormais à la mode , pour etre in de s ‘ acheté du vinyle . Cela est devenu tellement courant que c ‘est une option d ‘ achat sur Amazon .

Que reproche t ‘ on en fin de compte au compact disc ? D ‘ être froid , objectif et sans distorsion audio , ce que n ‘est pas censé être le vinyle . Greg Milner et ces interlocuteurs , sont des pro analogiques …. en matière de diffusions . Mais même si ils mettent des critères «  objectifs «  sur les bien fait du vinyle et que l ‘ auteur va aux fonds des choses concernant la conception du CD , en parlant au passage du DAT ( format « grand public «  devenu par la force des choses semi – professionnel ) .
The loundness war : corollaire de la commercialisation du compact disc audio
La guerre du volume à lieu actuellement . Elle est terrible . Ce conflit sonore est du aux capacités intrinsèque du CDA : une plus grande dynamique audio , une plus grande amplitude sonore , si vous préférez . Ce que ne peux faire le vinyle , vendu comme support «  parfaitement «  romantique . Par association d ‘ idées , le grand public par ce qu ‘ il aime le son compressé lié à la radio diffusion , oblige les «  pauvres «  ingénieurs du son , à compressé la dynamique musical pour cette esthétique .
Le débat à lieu d ‘ existé car pas traité en Europe , compressé est depuis la mise sur le marché des DAW , une facilité , comme le copié collé . Mais l ‘ essayiste , comme ces interlocuteurs , ce révèle être des réactionnaires .
Du NED Synclavier au Digidesign Pro Tools : la grande histoire des DAW
J ‘ en avais parlé lors de ma critique des fous du son , le non traitement de la synthèse numérique ou à peine de la FM , des tables d ‘ ondes et du sampling . Perfecting sound forever traite de tous cela de façon biaisé . Il traite en long et en large du NED Synclavier et de ces évolutions technologiques , qui reste quatre decennies après un instrument majeur , du fait de ces capacités intrinsèque . Mais l ‘ auteur , ce fait un main plaisir de tapé sur le CMI de Fairlight , minorant ces capacités synthétiques par rapport à la tricherie , selon l, ‘ auteur et des ancien de NED du sampling , tout en ce moquant , innovation des plus importante sur cette machine : le dessin de la forme d ‘ onde via un stylet … tout en faisant l ‘ éloge de l ‘ EMUlator ; version low cost des CMI .

Des capacités de sequencage du Synclavier au première versions de Pro tools , il y a un gros pas que l ‘ auteur franchi par la bande via l ‘ Apple Macintosh et le 11 septembre 2001 . J ‘ aurais tendance à dire que le livre , vaut la depense pour la cinquantaine de pages , qui depasse ce que l ‘ on peu trouvé dispersé sur le net et wikipédia .
Un Américano – centrisme qui dessert l ‘ ouvrage
Il y a un détail non négligeable qui pollue le livre : son ethno centrisme . Hors USA point de salut . Puisque le CMI c ‘est très peu vendu au pays de Trump , il est donc négligeable . On ne citera don pas Kate Bush , Peter Gabriel , Jean Michel Jarre , art of noise avec leurs LP crée a l ‘ aide du sampler australien .

Même chose concernant Pro tools , contemporain de Steinberg Cubase audio , au debut des années 1990 . Mais puisque Cubase est d ‘ origine allemande , il n ‘ est pas cité . Le DX7 , éventreur , dépeceur des Synclavier est citée du bout des lèvres .

Bref , c ‘est un ouvrage , complémentaire au fous du son , , assez interressant d ‘ un point de vu de l ‘ histoire récente , mais qui doit etre lut après fous du sons .

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :